Hôtel Sacacomie: une entente après 20 rencontres

L'hôtel Sacacomie.... (Archives, François Gervais)

Agrandir

L'hôtel Sacacomie.

Archives, François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Alexis-des-Monts) L'hôtel Sacacomie et ses 110 employés syndiqués ont un nouveau contrat de travail. Et contrairement à la négociation précédente, celle qui s'est terminée en décembre s'est déroulée de façon assez tranquille.

Les deux parties avaient amorcé les négociations en mars. En décembre, une entente de principe a été soumise aux syndiqués qui ont donné leur appui à hauteur de quelque 70 %. Le contrat a été signé le 21 décembre. Le contrat de travail, rétroactif au 1er avril 2015, prend fin le 31 mars 2020.

Selon les informations fournies par la Centrale des syndicats démocratiques, les travailleurs vont toucher en moyenne une hausse salariale de 6,8 % sur cinq ans.

Certains réaménagements quant à la disponibilité des employés ont été effectués. Des employés à temps partiel gagnent une journée supplémentaire de congé personnel.

Éric Gagnon n'était pas de la négociations de 2009. Le conseiller à la négociation de la CSD peut difficilement comparer les deux négociations, mais il précise que celle qui vient de se terminer s'est déroulée de façon correcte.

«L'ambiance à la table de négociations était bonne. Il fallait prendre le temps de bien faire les choses, considérant l'historique de l'hôtel. On a mis notre énergie à trouver un règlement de façon responsable, de part et d'autre. Chacun y a mis de la rigueur. Les deux parties avaient un travail à faire et on l'a fait.»

La direction du Sacacomie n'a pas retourné l'appel du Nouvelliste.

Tout un changement

L'allure de cette négociation est à l'opposé de ce qui s'est passé il y a près de sept ans. Les négociations avaient piétiné et le syndicat avait décidé de déclencher une grève en juillet 2010. Le règlement est survenu en mai 2011, mais les négociations avaient été marquées par la présence de briseurs de grève, des requêtes devant la Commission des relations du travail et des recours devant la justice. Des employés dissidents avaient même fondé un nouvel exécutif.

Le retour au travail avait été quelque peu difficile, mais les relations se sont nettement améliorées depuis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer