Développer le secteur Pointe-du-Lac intelligemment

L'église Notre-Dame-de-la-Visitation et son presbytère sont des bâtiments... (François Gervais)

Agrandir

L'église Notre-Dame-de-la-Visitation et son presbytère sont des bâtiments emblématiques du noyau villageois du secteur Pointe-du-Lac, à Trois-Rivières.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'importance historique du patrimoine architectural d'une partie du noyau villageois de Pointe-du-Lac sera bientôt reconnue. Afin de respecter son caractère unique, les élus trifluviens ont adopté un règlement qui prévoit la mise en place dans ce secteur d'un Plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA).

Essentiellement, un PIIA permet une meilleure planification de la construction, de la rénovation ainsi que du développement de l'urbanisme dans un secteur ayant plusieurs caractéristiques qu'une Ville veut conserver ou respecter. Ce plan permettra d'implanter de nouveaux bâtiments dans le secteur assujetti en considérant le patrimoine architectural ou un milieu naturel, dont, par exemple, un boisé que l'on voudrait conserver.

Le secteur touché par ce nouveau PIIA est celui de l'ancien noyau villageois de Pointe-du-Lac. On y retrouve donc le chemin du Lac-Saint-Pierre, la place Saint-Yves, les rues Blais et de la Fabrique, une partie des rues Notre-Dame Ouest et des Frères-Enseignants, un tronçon du chemin Sainte-Marguerite ainsi qu'une partie du rang Saint-Charles.

Certains des bâtiments que l'on retrouve dans ce secteur ont été construits aux XVIIIe et XIXe siècles et ont une valeur patrimoniale importante. Il y a bien sûr le moulin seigneurial de Tonnancour, un ancien moulin à farine actionné par l'eau construit entre 1765 et 1788, de même que l'église Notre-Dame-de-la-Visitation érigée en 1882 et 1883 et dont certaines parties proviennent de l'église de 1844, laquelle a été détruite par le feu en 1882.

«Nous voulons avec le PIIA protéger l'architecture patrimoniale du secteur de Pointe-du-Lac», affirme Yvan Toutant, porte-parole à la Ville de Trois-Rivières.

Emballé par l'implantation de ce nouveau PIIA, le conseiller du district Pointe-du-Lac, François Bélisle, estime qu'il s'agit d'un processus «majeur». «C'était dans mes promesses électorales. On cherche à protéger le coeur de Pointe-du-Lac», soutient-il en ajoutant que ce plan ne concerne pas uniquement les bâtiments.

«Il touche également la foresterie, l'environnement autour du moulin seigneurial et du terrain des frères [de l'Instruction chrétienne].»

Le moulin seigneurial est un témoin de l'histoire... (François Gervais) - image 2.0

Agrandir

Le moulin seigneurial est un témoin de l'histoire de Pointe-du-Lac.

François Gervais

Ce PIIA favorisera un développement harmonieux du noyau villageois de Pointe-du-Lac. Rappelons que sept immeubles de ce secteur - la pizzeria Le Grand Constant, la boulangerie Guay, un dépanneur, une maison ainsi que de trois immeubles à logements - ont été entièrement détruits en 2005 lors d'un incendie majeur. 

«On ne pourra pas défaire ce qui s'est fait dans le passé et les démolitions. Il y a des espaces vides qui sont toujours là. Avec le PIIA, on va s'assurer que les nouvelles constructions vont s'harmoniser avec le secteur», explique le conseiller du secteur Pointe-du-Lac. «On ne parle pas de faire du Walt Disney et de recréer comme c'était à l'époque. Les gens devront plutôt construire ou rénover des bâtiments qui s'harmoniseront avec ce qui est déjà là. Il y aura des balises.»

Présents dans le paysage du coeur villageois de Pointe-du-Lac depuis plusieurs années, les condominiums dont la construction a été interrompue en 2012 ne sont pas très appréciés par les résidents de ce secteur. L'aspect de ces bâtiments, toujours non terminés, s'harmonise très mal avec le secteur.

«Si dans le temps ça avait été mieux pensé, ils seraient plus en retrait. On aurait une meilleure perspective. Désormais, ils sont là alors on ne peut rien faire. Des choses comme ça, ça ne se reproduira pas», assure M. Bélisle. 

On souhaite à la Ville de Trois-Rivières que ce PIIA favorise éventuellement le développement touristique de Pointe-du-Lac. Après tout, on y retrouve des bâtiments témoins de l'histoire de la région, mais aussi du Québec. «On va mettre en évidence le cachet de Pointe-du-Lac. Le PIIA est une base, après on va savoir où on s'en va», évoque François Bélisle qui ajoute que le projet d'enfouissement des fils électriques sur la rue Notre-Dame Ouest pourrait s'intégrer dans ces efforts de développement harmonieux. 

Le noyau villageois de Pointe-du-Lac sera le quatrième périmètre de Trois-Rivières à être assujetti à un PIIA. Déjà, des secteurs des rues Notre-Dame Est (Cap-de-la-Madeleine), Hertel (Sainte-Cécile) ainsi que le Parc des Anglais (Sainte-Marthe-du-Cap) sont régis par un plan d'implantation et d'intégration architecturale. Les propriétaires de bâtiments dans ces secteurs peuvent obtenir le soutien financier du programme de redéveloppement des premiers quartiers.

En 2016, ce programme a un budget de 600 000 $. Le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières indique que le secteur de Pointe-du-Lac assujetti au PIIA sera éligible à ce programme de financement.

«On va voir les effets de ce PIIA dans dix ans», conclut le conseiller du district Pointe-du-Lac.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer