Hausse des visiteurs au Festi-Volant

Les différentes municipalités de la région avaient des... (Olivier Croteau)

Agrandir

Les différentes municipalités de la région avaient des représentants qui se sont affrontés dans des combats de cerfs-volants de type Rokkakus.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que d'autres événements de cerf-volant battent de l'aile, le Festi-Volant a tenu sa 15e édition ce week-end sur la rivière Saint-Maurice à Grandes-Piles. Et la bonne nouvelle, c'est que les organisateurs ne craignent aucunement pour l'avenir de leur festival.

Ce week-end, une quarantaine de cerfs-volistes ont mis le pied sur le Saint-Maurice, se croisant les doigts afin que le vent soit au rendez-vous. Des pièces volantes, il y en avait pour tous les goûts, allant du simple petit cerf-volant, au paraski en passant par un gigantesque mille-pattes. Certains participants de renommée mondiale avaient d'ailleurs fait le voyage jusqu'à Grandes-Piles.

Les organisateurs estiment que 5500 personnes ont visité l'endroit, une légère hausse plus que satisfaisante alors que l'industrie tire de la patte selon le coordonnateur du Festi-Volant, Jean-Sébastien Rivest.

«Il semblerait qu'on était trois festivals d'hiver et il y en a deux qui ont arrêté dans les dernières années, donc si je comprends bien, nous sommes le dernier festival au Québec. Ce sont d'excellentes retombées pour la région. Il y a 5500 personnes qui viennent dans un village de 380 habitants. Le ratio est quand même bon pour un petit village comme le nôtre. C'est de se faire connaître et que les gens voient qu'en Mauricie nous avons de beaux paysages et c'est ce qu'ils voient quand ils viennent ici.»

C'est l'ajout d'un spectacle pyrotechnique vendredi soir qui semble avoir donné encore plus d'engouement à l'événement.

«C'est un bel ajout et si on répète l'an prochain, on pourrait ajouter des activités le vendredi afin que les gens puissent profiter du site.»

Après avoir traversé l'Antarctique et atteint le pôle sud en paraski, le président d'honneur de l'événement, Frédéric Dion, est revenu aux sources en mettant le pied sur la rivière Saint-Maurice.

«La première fois que j'ai fait du cerf-volant à traction, c'est ici. C'est trippant, 15 ans plus tard, d'être président d'honneur du festival. Il y a une magie (à Grandes-Piles). Même s'il n'y a pas de vent ailleurs, il y en a ici pour faire des compétitions», souligne M. Dion, qui estime que la discipline devrait être encore plus populaire.

«Je vois du monde qui ont plaisir à jouer dehors. Le cerf-volant à traction, c'est le sport pour le Québec. Nous avons de grandes étendues et il faut en profiter.»

Des combats «à mort»

Samedi et dimanche, les différentes municipalités de la MRC de Mékinac se sont affrontées dans des combats de Rokkakus, une discipline où le but est d'être le dernier cerf-volant en altitude.

«Le principe, c'est de faire tomber les autres cerfs-volants, de s'enrouler autour. Il y a une question de stratégie», explique Frédéric Dion.

Le concours est à ce point sérieux qu'un trophée s'échange entre les municipalités gagnantes année après année. À l'origine, le défi s'adressait aux maires, mais avec les années, certains premiers magistrats ont délégué des représentants plus habiles au bout de la ficelle. C'est du sérieux!

«Je pense que le prix pour le gagnant est de 100 000 $, a lancé à la blague Hugo-Stéphane Lavoie, chef des opérations des pompiers à Lac-aux-Sables. Ça fait plusieurs années que je participe et ça m'a permis de prendre de l'expérience et d'apprendre des techniques de combat.»

À ses côtés, Normand Trottier représentait la ville de Saint-Tite en remplacement du maire André Léveillé, qui supervisait le tout. 

«C'est pour le plaisir ces petits combats, mais ça nous permet surtout de se rencontrer. On encourage ainsi les autres municipalités. C'est une belle fête.»

En plus des combats et des multiples couleurs dans le ciel grâce à la centaine de cerfs-volants, les amateurs ont eu droit à un spectacle du groupe Premier Ciel, un hommage à Harmonium, samedi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer