L'écoute de la souffrance s'inscrit dans la prévention du suicide

La 26e Semaine nationale de prévention du suicide, du 31 janvier au 6 février,... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La 26e Semaine nationale de prévention du suicide, du 31 janvier au 6 février, rappellera l'importance de se préoccuper de la détresse d'autrui et martèlera le message d'espoir derrière l'idée que le suicide n'est pas une solution. Le thème de la semaine, «T'es important pour nous. Le suicide n'est pas une option», évoque l'essence du message que les organismes de prévention du suicide souhaitent transmettre.

«Personne n'est à l'abri de la souffrance. Sentir que nous pouvons parler de cette souffrance avec notre famille, nos collègues ou notre médecin et qu'elle sera prise au sérieux, c'est un facteur clé de prévention», affirme le directeur général du Centre prévention suicide les Deux Rives (CPS2R), Luc Massicotte. L'organisme couvre les territoires de Trois-Rivières ainsi que des MRC des Chenaux, de Maskinongé, de Bécancour et de Nicolet-Yamaska.

En 2015, le CPS2R a réalisé 7250 interventions téléphoniques, soit 1215 de plus qu'en 2014. Luc Massicotte interprète cette augmentation comme une démonstration de l'efficacité des efforts déployés pour faire connaître les ressources d'aide. «Accueillir la détresse d'une personne, ça n'implique pas de jouer le rôle d'un intervenant. Des ressources existent. Mais la main tendue, l'oreille attentive, c'est souvent le déclencheur qui va permettre à une personne de demander de l'aide professionnelle», analyse-t-il.

Le CPS2R, en collaboration avec le Complexe funéraire J.D. Garneau, invite la population à une conférence publique intitulée Les jeunes, le suicide et le deuil: mieux leur parler de la mort pour développer leur résilience. Donnée par Josée Masson, fondatrice et directrice générale de l'organisme Deuil-Jeunesse, la conférence est prévue le mercredi 3 février à 19 h au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Il en coûte 5 $ pour y assister.

Sur la rive sud, ce sont les aînés vivant en résidence qui sont visés par une activité de sensibilisation. Le personnel et les résidents d'une trentaine d'établissements du Centre-du-Québec seront invités à faire circuler les épingles à linge de l'Association québécoise de prévention du suicide portant les mots «T'es important pour moi», dans le but de souligner positivement la Semaine nationale de la prévention du suicide.

«L'idée derrière ce projet est de permettre à une personne de témoigner à une autre l'importance que celle-ci occupe dans sa vie. Lorsque la personne recevra à son tour l'épingle, ce sera un doux moment de savoir qu'elle fait la différence dans la vie de l'autre», peut-on lire dans le communiqué de la Table de concertation des personnes aînées du Centre-du-Québec, qui chapeaute l'activité en collaboration avec le CPS2R et les centres de prévention du suicide Arthabaska-Érable et Drummond.

Les gens inquiets pour un proche ou les personnes qui ont besoin d'aide peuvent composer le 1 866 APPELLE (277-3553), 24 heures par jour, sept jours sur sept.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer