Courte victoire pour le «Doc» Mailloux

Le docteur Pierre Mailloux a remporté une partie... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le docteur Pierre Mailloux a remporté une partie de son appel face au Collège des médecins et pourra de nouveau prescrire des mégadoses d'antipsychotiques avec l'accord d'un autre psychiatre.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que le Collège des médecins le lui avait interdit, le docteur Pierre Mailloux pourra recommencer à prescrire à des adultes des mégadoses de neuroleptiques typiques et atypiques à la suite d'un jugement de la Cour d'appel du Québec. Il devra toutefois le faire avec l'approbation d'un autre psychiatre jusqu'au 17 avril 2018.

La Cour d'appel a ainsi infirmé la décision du Conseil de discipline du Collège des médecins du 3 février 2012, qui avait fait passer l'interdiction de prescription de mégagoses de temporaire à permanente. En 2011, le Dr Mailloux et le Collège des médecins s'étaient entendus afin que le psychiatre ne soit plus en mesure de prescrire plus que les doses recommandées par les fabricants, et ce, pour une période temporaire jusqu'à ce que le Collège des médecins effectue ses recommandations quant à la prescription de mégadoses. Toutefois, le docteur Mailloux, dans une autre affaire, a été en mesure de prouver, grâce à la correspondance échangée avec le Collège, que l'institution n'avait aucunement l'intention de faire de telles recommandations, ce qui, par défaut, rendait la limitation permanente plutôt que temporaire. Puis, à compter du 3 février 2012, le Conseil de discipline du Collège avait émis une sanction similaire au docteur Mailloux, cette fois permanente.

La Cour d'appel a donc opté pour ce nouveau mécanisme qui permettra au docteur Mailloux d'effectuer des prescriptions de plusieurs neuroleptiques chez un même patient adulte, s'il a obtenu au préalable un avis écrit d'un psychiatre recommandant ou approuvant ce traitement.

Les neuroleptiques, aussi appelés antipsychotiques, sont administrés à des patients souffrant de schizophrénie.

Interdiction de pratiquer sur des enfants et adolescents

Dans le même jugement, émis vendredi, la Cour d'appel a toutefois confirmé le jugement du 17 avril 2008 selon lequel le Dr Mailloux n'a plus le droit de pratiquer la psychiatrie auprès des enfants et des adolescents. Une limitation que la Cour a déclarée comme permanente. 

La Cour estime que le Dr Mailloux acceptait les constations de fait puisqu'il «n'a pas produit la transcription des témoignages et des débats devant le Conseil, ni les rapports d'expertise» qui auraient pu aider à sa défense.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer