Un Champlainois a chanté pour René Angélil

Le ténor Jacques-Olivier Chartier, originaire de Champlain, a... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ténor Jacques-Olivier Chartier, originaire de Champlain, a vécu une expérience professionnelle unique en chantant comme soliste dans le cadre des funérailles de René Angélil vendredi à la Basilique Notre-Dame de Montréal.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Montréal) Les funérailles de René Angélil auront eu un retentissement jusque dans la région, du moins indirectement puisque le ténor Jacques-Olivier Chartier, Champlainois d'origine, a chanté comme soliste au cours de la cérémonie.

Le jeune homme et son épouse Maude Brunet étaient tous deux de l'octuor qui a interprété le O Jesu Christe du compositeur néerlandais du XVIe siècle Jacquet de Berchem pendant la messe. Ils ont également chanté avec la chorale des Petits chanteurs du Mont-Royal au cours de la cérémonie.

«C'était très émotif, a-t-il indiqué lorsque joint par Le Nouvelliste à sa sortie de la basilique Notre-Dame de Montréal. Ma femme et moi avons un petit bébé de cinq mois seulement alors, de voir les jeunes enfants de René Angélil perdre leur père, ça m'a beaucoup ému. Je suis un collaborateur régulier à la basilique Notre-Dame mais j'avoue que d'y revenir dans un occasion pareille, c'était vraiment quelque chose. Moi qui ai fait partie de la Maîtrise du Cap, ça me faisait plaisir d'être au jubé au sein d'une autre chorale pour une occasion aussi particulière.»

Il a évidemment été impressionné par l'ampleur de la cérémonie avec toute l'attention médiatique et publique qu'elle a suscitée.

«C'est sans aucun doute la cérémonie la plus imposante au cours de laquelle j'ai eu la chance de chanter. Ma femme est une fan inconditionnelle de Céline Dion alors, quand on m'a demandé d'y participer, j'ai immédiatement suggéré le nom de Maude, une excellente mezzo-soprano, et elle était vraiment très émue d'en faire partie. C'est sûr que c'est une chance de chanter dans des funérailles nationales d'une telle ampleur. Qu'on soit fan ou non, on ne peut nier tout ce qu'a accompli le couple Dion-Angélil. Ils ont propulsé le Québec à des niveaux de succès inégalés.»

Jacques-Olivier Chartier se considère chanceux d'avoir été seulement disponible puisque sa carrière l'amène à voyager beaucoup et qu'il y a quelques jours à peine, il était à Toronto pour participer au grand concours Tafelmusik Vocal Competition où il a été sélectionné parmi neuf finalistes, dont trois ténors, parmi quelque 80 candidats.

Le ténor ne sait pas si c'est René Angélil lui-même qui avait choisi les chants sacrés pour la cérémonie, un aspect d'ordinaire confié aux représentants de la basilique en collaboration avec la famille du défunt. Spécialiste de musique ancienne, le chanteur interprétait le O Jesu Christe pour la première fois mais n'a eu besoin que d'une répétition plus tôt dans la journée pour mettre les choses en place.

«On aurait pu chanter à vue mais disons qu'en tant que professionnel, je préfère préparer les choses quelque peu. D'autant que je préfère toujours chanter par coeur, ce qui me permet de bien suivre les directives de la chef de choeur qui était Béatrice Baillargeon pour l'occasion.»

«La répétition a été importante pour faire le test de son et se familiariser avec la sono de présence à laquelle on avait droit. La basilique est un immense espace qui peut être un peu capricieux pour le chant parce que sans micro, c'est difficile à remplir. Il faut être en forme. Dans ce cas-ci, avec le public nombreux qui assistait à la cérémonie, ça absorbait le son.»

Chanteur de formation classique, il n'a nullement été désarçonné par la combinaison de chants classiques et de musique populaire au cours de la messe. «J'ai trouvé ça super parce que ça venait chercher le meilleur des deux mondes. C'était très beau, ça m'a beaucoup touché.»

Le chanteur se fait maintenant une fête de revenir dans sa région natale, ce que sa carrière lui permet de moins en moins, alors qu'en mars, il aura la chance d'être soliste au même titre que son épouse dans le Requiem de Mozart que présentera l'OSTR.

«Ce sera la première fois que je vais l'interpréter et en plus, ce sera à la maison. J'ai très hâte.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer