Miss Canada: une Trifluvienne dans la course

La Trifluvienne Sabrina Turpin espère bien coiffer, en... (Courtoisie)

Agrandir

La Trifluvienne Sabrina Turpin espère bien coiffer, en mars prochain, la couronne de Miss Canada 2015.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Elle a 21 ans, elle réside à Trois-Rivières et, en mars prochain, compte bien devenir la première Miss Canada originaire de la cité de Laviolette.

Sabrina Turpin ne mise pas sur la beauté de sa jeunesse pour concrétiser cet objectif, mais sur sa personnalité. Paraphrasant la célèbre chanson de Robert Charlebois, «elle court les concours, y paraît qu'elle a tout pour».

L'an dernier, Sabrina Turpin a terminé la parade en troisième position sur la scène de Miss Québec 2015. Un podium qui lui a procuré davantage qu'une médaille et un billet direct pour Miss Canada. Celle qui avoue d'emblée que, sur les bancs d'école, elle avait de la difficulté à s'exprimer en public, vise désormais un retour aux études et une carrière en communications. Effet collatéral, admet-elle, découlant de ses multiples participations aux différents concours de Miss.

«Aujourd'hui je suis bien plus à l'aise de parler devant les gens. Ça m'a permis de développer une confiance en moi. Dans ces expériences-là, on apprend beaucoup sur nous. C'est vraiment une belle expérience. Moi, j'étais une des filles qui ne voulait jamais faire d'examen oral à l'école. Miss Québec, ça m'a donné un petit coup de pied et ça m'a réveillée», assure-t-elle. «Après le Miss Panamerican [en Californie], j'ai compris que les communications sont une branche qui m'intéressait, peut-être le journalisme ou les médias. Plus je parle, plus je deviens à l'aise, plus ça va bien», constate la Trifluvienne.

Sur l'estrade du concours Miss Canada, il y a le préjugé, les stéréotypes qui demandent aux participantes d'être belles et de se taire. À l'autre bout du spectre, il y a la réalité. Et c'est justement cette réalité que Sabrina Turpin entend mettre à l'avant-scène.

Loin du simple et réducteur concours de beauté, Miss Canada vise à dénicher, tel qu'indiqué sur le site Internet de l'événement, la plus belle personnalité d'un océan à l'autre. Parmi les critères de sélection: l'attitude en général durant les activités, la participation, la personnalité, l'esprit de camaraderie, l'esprit d'équipe, ainsi que les votes du public.

Autant de critères que Sabrina Turpin compte publiciser afin de montrer au plus grand nombre qu'être Miss, ce n'est pas uniquement faire preuve d'une beauté plastique sans ride, en costume de bain, mais c'est également surmonter les défis, démontrer certaines aptitudes et défendre une cause sociale. À ce propos, certaines des 18 finalistes veulent faire «plus de bénévolat auprès des personnes âgées», d'autres veulent «promouvoir l'énergie positive», voire «venir en aide aux enfants atteints par le fléau qui incarne le cancer au Canada». La cause de Sabrina?

Comme une mise en abyme théâtrale, elle souhaite, justement, défendre... le concours Miss Canada. «Si j'étais élue Miss Canada, j'aimerais utiliser mon titre pour promouvoir l'organisation. Je trouve que l'organisation est très mal connue et mal jugée, donc j'aimerais promouvoir l'expérience pour donner la chance à plus de filles d'y participer», mentionne Sabrina sur une vidéo moussant sa candidature.

Au téléphone, la jeune femme renchérit. «On m'a souvent demandé: c'est quoi ces concours de Barbie? Je veux défaire les stéréotypes qu'on entend parler. Mais surtout, ce que je veux démontrer, c'est ce que ça apporte aux filles, cette expérience-là. Moi, personnellement, ça m'a apporté beaucoup de confiance. Je veux dire aux filles que même si elles sont petites, si elles sont ci, si elles sont ça, si elles viennent du Québec, peu importe, je veux que les filles comprennent que c'est une belle expérience qui leur permet d'apprendre sur elles et qui peut leur permettre de sortir de là plus fortes. On est loin de la belle Barbie qui ne sait pas parler», lance-t-elle.

Aux jeunes femmes qui désireraient suivre ses traces, Sabrina n'hésite pas à leur offrir des conseils comme un bouquet d'encouragements: «Il faut y aller à fond, en profiter, il faut vivre les activités au maximum et ne pas penser que c'est un concours. Allez faire les activités, amusez-vous avec les filles, et surtout écoutez les conseils qu'on vous donne par rapport à la diction. Tout ça fait en sorte qu'on en sort grandi», conclut-elle.

N-B: Pour voter Sabrina T. au concours Miss Canada, on visitera le site Internet de l'événement au www.misscanadatm.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer