Approvisionnement en eau potable à Shawinigan: des économies en vue

L'hôtel de ville de Shawinigan... (Sylvain Mayer)

Agrandir

L'hôtel de ville de Shawinigan

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'interminable dossier d'approvisionnement en eau potable à Shawinigan continue sa lente évolution, mais à tout le moins, il semble que les contribuables n'auront pas à subir les frais du temps qui passe. En effet, lors de la dernière assemblée publique régulière du conseil municipal, un signal a été envoyé pour indiquer que le projet se dirige vers des investissements un peu moins élevés que prévu.

Le conseiller du district des Montagnes, Serge Aubry, a déposé un avis de motion prévoyant l'adoption prochaine d'un emprunt de 58 515 000 $ pour la réalisation du projet de mise aux normes des installations d'eau potable. Essentiellement, il consiste en la construction d'usines de traitement pour les lacs à la Pêche et des Piles, de même que le bouclage du réseau.

Le 7 février 2014, les gouvernements du Québec et du Canada confirmaient une aide financière de 48,06 millions $ pour la réalisation de cet investissement, alors estimé à 64,08 millions $. La participation de la Ville de Shawinigan correspondait à 25 % des coûts, donc à un montant de 16,02 millions $. Les subventions proviennent du Fonds Chantiers Canada et du Plan québécois des infrastructures.

Or, voilà que le règlement d'emprunt annoncé soustrait 5,5 millions $ à l'estimation rendue publique en 2014. Une bonne nouvelle pour les contribuables, souligne le maire, Michel Angers. Sur la même base, la contribution de la Ville de Shawinigan s'établira ainsi à 14,6 millions $.

«Pour le moment, c'est l'évaluation que nous faisons, mais nous espérons que ce sera encore en bas de ce montant», souligne M. Angers. «Lors de l'annonce, c'était une première évaluation qui n'allait pas dans les détails. De plus, les tendances en construction sont à la baisse.»

Il faudra compter près de deux ans avant la fin de ces travaux, de sorte que les contribuables desservis par le service d'aqueduc verront leur taxe d'eau bondir en 2017 ou en 2018 au plus tard

Régime minceur à l'hôtel de ville de Shawinigan

Les défis budgétaires de la Ville de Shawinigan encouragent l'administration municipale à revoir chaque fonction et parfois, des départs à la retraite ou une réorganisation incitent les élus à approuver des abolitions de postes proposées par le service des ressources humaines.

Lors de la dernière séance publique, le conseil municipal a approuvé l'abolition du commis administratif au service des finances et de la secrétaire de service aux communications. Le poste de directeur adjoint au service de l'aménagement et de l'environnement a également été soustrait de la structure, mais dans ce cas, il s'agissait d'une transition pour permettre à Jeanne Charbonneau d'apprivoiser ses nouvelles fonctions. D'ailleurs, lors de la même séance, elle a été confirmée au poste de directrice du service de l'aménagement et de l'environnement, qui a connu beaucoup d'instabilité au cours des dernières années.

Le maire, Michel Angers, souligne simplement que dans le contexte actuel, tous les postes sont analysés attentivement.

«Nous voulons nous assurer d'optimiser l'ensemble de nos services», explique-t-il. «Nous faisons une évaluation de chaque service. Si des changements doivent être faits, nous les ferons. Nous sommes très, très prudents sur les embauches.»

M. Angers assure que le conseil municipal ne s'est fixé aucun objectif de réduction de personnel.

«Nous ne donnons pas le signal qu'on s'en va, par exemple, vers une réduction de 10 %», précise-t-il. «Ce n'est pas ça, l'objectif qui est poursuivi. Nous analysons simplement nos services pour voir si on peut faire tout aussi bien avec moins. Nous appliquons une gestion très serrée des ressources humaines.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer