Concert d'éloges à la mémoire d'un grand homme

L'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien, et... (Archives, La Presse)

Agrandir

L'ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien, et sa conjointe Aline Chrétien en compagnie de Céline Dion et René Angélil à l'occasion d'une soirée en l'honneur de Maurice Richard.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le décès de René Angélil a suscité plusieurs réactions auprès de personnalités des mondes artistique, sportif et politique originaires de la région qui ont croisé le chemin de ce monument du showbiz international.

René Angélil était «généreux», solidaire, et c'était un «homme de parole», a témoigné jeudi, plein d'émotion, l'actuel directeur du Conservatoire de musique de Gatineau originaire de la région, Marc Langis. Le musicien, qui fut le bassiste de Céline Dion pendant 20 ans, ne tarissait pas d'éloges au sujet de son «grand ami René», emporté par le cancer.

«C'était un homme d'une très grande générosité. Il a été généreux de ses succès, de ses rêves, de ses ambitions. Il a toujours voulu partager ces moments-là, avec ses proches, ses amis et ses employés. Nous, on était ses employés, mais on n'a jamais eu une relation patron/employé régulière. C'était plus comme une famille.»

À preuve, rappelle-t-il, «il a tenu tête à Sony pour que Céline soit entourée de Canadiens français. Il ne voulait pas qu'elle se perde là-bas.»

«Cet homme-là avait des rêves complètement démesurés... et il les a pourtant réalisés. Il est allé au bout de ses idées. C'est rare, les hommes qui ont le courage de vivre aussi intensément.»

Le bassiste qui a également déjà chanté avec les Petits chanteurs de la Maîtrise du Cap se souvient d'«un gars d'équipe, qui croyait en la force de l'union. [...] Céline et René ont atteint ensemble les plus hauts sommets, ils ont une dette incommensurable l'un envers l'autre.»

«Et c'était, surtout, quelqu'un d'extrêmement positif. Il avait une grande confiance. En la vie. En ses collaborateurs. C'était toujours lui qu'on entendait dire ''ça va être correct'', continue Marc Langis. Pourtant, il vivait une pression permanente, il était constamment sollicité.» «C'est une grande perte. J'éprouve une grande tristesse», poursuit-il, avouant qu'il serait présentement sur scène à Las Vegas si l'offre du conservatoire ne s'était pas présentée.

En 2008, les Petits chanteurs de la Maîtrise du Cap avaient été invités à assister en Suisse à un spectacle de Céline Dion. Ils ont alors pu rencontrer Marc Langis, mais aussi Céline Dion et René Angélil. Les choristes ont alors eu la chance d'interpréter pour eux la chanson La quête de Jacques Brel, une expérience pour le moins marquante.

L'ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien a tenu à lui rendre hommage jeudi, «un homme qui a fait un travail exceptionnel dans le domaine des arts». 

«C'est une grande perte. C'est un homme qui avait une personnalité très agréable. Il n'avait pas d'ennemis, ce monsieur. Il était extrêmement efficace dans tout ce qu'il entreprenait. Il a fait beaucoup pour faire connaître le Québec», a affirmé M. Chrétien dans une courte entrevue à La Presse.

L'ancien député de Saint-Maurice a indiqué avoir rencontré M. Angélil à quelques reprises. «Il a connu un grand succès. Il venait d'une famille d'immigrants qui est arrivée chez nous et qui s'est fait une place tout à a fait exceptionnelle», a-t-il dit.

M. Chrétien se souvient d'avoir accompagné René Angélil il y a quelques années à Grand-Mère. À l'époque, M. Angélil avait indiqué qu'il avait donné son tout premier spectacle à Grand-Mère alors qu'il faisait partie des Baronets. Il voulait revoir la scène où il s'était produit.

«Il a contribué grandement au succès de Céline Dion. Quand je me promenais à l'étranger, on n'avait qu'à mentionner le nom de Céline Dion et on avait un sujet de conversation immédiatement. C'est une grande perte», a-t-il dit.

La golfeuse Debbie Savoy-Morel s'est dite très touchée par le décès d'un homme qu'elle aimait et admirait. Via Facebook, la directrice de golf du Club Le Mirage n'avait que de bons mots pour son patron. 

«Je suis triste, car on vient de perdre un homme extraordinaire. Merci René pour tout ce que tu as fait pour moi et ma famille. Merci de m'avoir donné l'opportunité de travailler pour toi. Et Céline, merci d'avoir partagé tes grandes valeurs de la vie, merci pour ta grande générosité. J'ai grandi grâce à toi et je serai toujours reconnaissante», a écrit sur sa page Facebook la professionnelle de golf. 

Bryan Audet a côtoyé René Angélil lors de son passage à Star Académie, alors que le gérant et mari de Céline Dion en était le directeur. Les quelques mois passés en sa compagnie ont été déterminants pour le chanteur originaire de Saint-Élie-de-Caxton.  La passion de l'homme pour la chanson et la scène était inspirante, estime Bryan Audet. Il se souvient d'un homme généreux qui croyait en la relève musicale. «Il a su transmettre le feu sacré et la passion du métier», ajoute-t-il.

Plusieurs conseils du monument du showbiz resteront à jamais gravés dans sa mémoire. «Il nous a dit de ne jamais faire de la chanson pour l'argent», se rappelle Bryan Audet. «Il disait que c'est la passion et le désir de faire un projet qui doit nous mener.» 

Avec la collaboration de La Presse et du Droit

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer