La ferme La Bisonnière est à vendre

La copropriétaire de la ferme La Bisonnière, Sylvie... (Archives)

Agrandir

La copropriétaire de la ferme La Bisonnière, Sylvie St-Arneault, entourée de quelques animaux naturalisés de la salle de réception.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Prosper) Si certains estiment que les sites de petites annonces sur Internet ne servent qu'à faire de petites transactions, ils font fausse route. Une annonce de plus de 2 millions $ est apparue ces derniers jours sur le siteLes PAC pour la vente d'une entreprise agroalimentaire bien connue de la région, la ferme La Bisonnière de Saint-Prosper. Les propriétaires sont à la recherche d'une relève pour cette ferme très prisée des touristes européens.

Selon la copropriétaire des lieux, Sylvie St-Arneault, la vente éventuelle de la ferme n'est pas synonyme de difficultés financières ou de fermeture imminente. Les deux propriétaires souhaitent se retirer des affaires, mais veulent que leur oeuvre perdure.

«Nous tendons la perche pour savoir si d'autres personnes seraient intéressées par l'entreprise, afin de poursuivre notre aventure», assure Sylvie St-Arneault, qui ajoute que «l'entreprise va très bien».

Un manque de relève dans la famille force donc Sylvie St-Arneault et son conjoint Daniel Gagnon à explorer d'autres options. Si leur fils voulait à l'origine prendre la relève de l'entreprise, celui-ci a finalement décidé de suivre d'autres projets. «Notre fils Charles a pris la décision de partir son propre élevage de ferme bovine au Saguenay, mais on veut que l'entreprise continue. [...] Nous allons aussi accompagner les nouveaux propriétaires pour faire une belle transition. C'est notre bébé que nous avons mis au monde, que nous avons vu grandir et qu'on doit maintenant laisser aller», explique Mme St-Arneault.

«Une vente comme la nôtre, ça peut aller jusqu'à deux ans. Si quelqu'un veut poursuivre l'aventure des bisons à Saint-Prosper, voilà une belle occasion.»

Lauréate dans la catégorie «agrotourisme et produits régionaux» des Grands prix du tourisme en 2010, La Bisonnière est affichée au prix de 2,35 millions $. Le domaine qui compte entre 160 et200 bisons - le nombre de têtes varie en fonction de la période de l'année - a une superficie de 188 acres, dont 120 de terres cultivables. On y retrouve une salle de réception décorée de plusieurs animaux naturalisés, une terrasse, une écurie, un garage, un silo à grain, une boutique, un hangar, un bloc sanitaire ainsi qu'une maison. Le courtier immobilier responsable de cette vente est Sylvain Trépanier, de Maxxum 100 Centre.

Certains de ces bâtiments (la salle de réception, la boucherie ainsi que le corral) ont été reconstruits à la suite d'un incendie en 2006. À l'époque, plusieurs bénévoles de la communauté de Saint-Prosper avaient participé à la reconstruction de la ferme. Quelques mois plus tard, une grande fête réunissant près de 120 personnes s'était déroulée à la ferme pour célébrer sa renaissance.

La Bisonnière est reconnue pour ses installations, mais surtout pour ses produits agroalimentaires. Les clients de l'endroit peuvent évidemment goûter à différents produits du bison.

«Vous cherchez une entreprise agrotouristique avec revenus récurrents qui fonctionne très bien alors La Bisonnière est pour vous. L'endroit attire tant les voyageurs individuels que ceux de groupes avec grossistes spécialisés», peut-on lire dans l'annonce publiée sur le site des PAC. «On peut voir des bisons en plein pâturage sous forme de randonnée safari-photos ou du bord de la clôture, goûter aux produits de l'endroit, partager un repas champêtre de bison sous forme de buffet dans une grande salle à manger typique de 130 places ou sur une terrasse de 70 places.»

La Bisonnière est bien plus qu'une simple ferme d'élevage de bisons. Il s'agit d'une destination touristique majeure en Mauricie. La ferme est même sur les circuits des tours opérateurs. Déjà pour 2016, une centaine de groupes de touristes ont déjà confirmé leur présence.

«Nous cherchons des jeunes qui aiment les animaux, mais aussi le monde. [...] En agrotourisme, il faut définitivement aimer le monde», affirme Mme St-Arneault. «Le secteur touristique à La Bisonnière c'est rendu gros. Nous sommes dans les programmes des tours opérateurs en Europe.»

De plus, les propriétaires de La Bisonnière s'apprêtent à ouvrir pour la saison leur relais de motoneiges. Cette activité est très importante dans les mois auparavant plus tranquilles de l'hiver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer