Jean-Paul L'Allier a été une inspiration pour Yves Lévesque

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

«Je garde un très bon souvenir de Jean-Paul. C'était un homme toujours respectueux. Il ne levait jamais le ton et défendait ses dossiers avec des arguments solides. Jean-Paul L'Allier a été pour moi une inspiration», a affirmé attristé le maire de Trois-Rivières au sujet de l'ancien maire de Québec.

Jean-Paul L'Allier... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

Jean-Paul L'Allier

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Originaire de Québec, Yves Lévesque a appris la nouvelle du décès de Jean-Paul L'Allier mardi matin, vers 5 h. Un courriel d'Yves Ducharme, l'ancien maire de Gatineau, lui annonçant la mort de celui qui aura énormément transformé l'image de la Vieille-Capitale et dynamisé l'économie de Québec.

«J'ai été étonné de l'annonce. La dernière fois que j'ai vu Jean-Paul L'Allier, il était en super forme, même plus que lorsqu'il était maire. Il avait pris le contrôle de sa santé et donnait beaucoup de conférences», souligne Yves Lévesque. 

«J'ai eu la chance de travailler avec Jean-Paul L'Allier dès 1999 puis de façon beaucoup plus intense à partir des fusions municipales. Nous étions dans le même caucus des grandes villes à l'Union des municipalités du Québec. On se rencontrait régulièrement et ç'a toujours été des rencontres intéressantes.»

Le maire de Trois-Rivières se dit inspiré, à l'instar de bien d'autres maires du Québec, par l'héritage de Jean-Paul L'Allier. La revitalisation du quartier Saint-Roch s'est amorcés sous l'ancien maire de Québec et est aujourd'hui considérée comme une très grande réussite. Nombreuses sont les entreprises qui se sont établies dans ce quartier de la Basse-Ville depuis que Jean-Paul L'Allier a dynamisé ce secteur notamment en convainquant Québec d'y établir l'École nationale d'administration publique (ÉNAP). 

«C'est un ardent défenseur de la revitalisation. Il avait dit que le centre-ville de Trois-Rivières était sur la bonne voie. Ça m'avait touché beaucoup venant de lui», indique le maire de Trois-Rivières. «Ce que je trouve dommage, c'est que nous n'avons pas reconnu suffisamment son travail lorsqu'il a quitté la vie politique, en 2005.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer