Légère baisse de la population mauricienne

À l'exception de la municipalité régionale de comté... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

À l'exception de la municipalité régionale de comté (MRC) des Chenaux et Trois-Rivières, les autres MRC de la région doivent conjuguer avec un déclin de leur population.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Collaboration spéciale) Les années se suivent et se ressemblent. Les données démographiques de 2016 démontrent qu'encore une fois, à l'exception de la municipalité régionale de comté (MRC) des Chenaux, où l'on constate une légère croissance démographique, et Trois-Rivières (+0,19 %), les autres MRC de la région doivent conjuguer avec un déclin de leur population.

La MRC des Chenaux continue de séduire les citoyens avec près de 1 % d'augmentation. En effet, 175 personnes supplémentaires ont choisi de s'installer dans la MRC, pour une population totale de 18 735 personnes.

Si la majorité des municipalités qui compose la MRC ont connu une progression, c'est Saint-Maurice qui a vécu le plus gros boom démographique avec une augmentation de 3,7 % passant de 3080 à 3194.

«On savait déjà à Saint-Maurice que ça allait augmenter par rapport à la construction. Depuis 10 ans, il y a beaucoup de constructions qui se font à Saint-Maurice. Ça se traduit beaucoup par de jeunes familles et de jeunes enfants, même que l'école primaire de Saint-Maurice sera trop petite dès l'an prochain. C'est un beau problème», lance le maire de Saint-Maurice et préfet de la MRC des Chenaux, Gérard Bruneau.

Selon ce dernier, l'attrait des municipalités aux limites des grandes villes est grandissant. Les statistiques parlent d'ailleurs d'elles-mêmes. En plus de Saint-Maurice, les municipalités de Champlain (+2,11 %), Saint-Étienne-des-Grès (+1,56 %), Notre-Dame-du-Mont-Carmel (+0,84 %) et Saint-Boniface (+0,65 %) ont connu une hausse de leur population.

«C'est le fait de vivre en campagne et à proximité de la ville qui les attire. Il y a aussi la possibilité d'avoir des grands terrains pour se construire et les services. On a tous les services de base dont ils ont besoin. Il manque le transport en commun, mais encore là, il y a le transport collectif [...] Il y a aussi la question des taxes qu'il ne faut pas négliger», explique M. Bruneau.

Comme le mentionnait Le Nouvelliste mardi matin, à Trois-Rivières, la ville a franchi la barre des 135 000 habitants. Cette donnée s'élevait à 134 012 Trifluviens en 2014 et 134 802 en 2015. Une hausse 0,78 % de la population en deux ans avec un total de 135 054 habitants en 2016.

La ville de Shawinigan, pour sa part, ne fait pas exception à la règle avec ses 49 242 citoyens, une baisse de 343 habitants comparativement à 2015. Il s'agit d'une baisse de 1,8 % par rapport aux données de 2014 où la ville avait atteint le seul psychologique du 50 000 avec 50 148 habitants.

Le bilan n'est pas aussi reluisant dans les autres MRC de la région. En Haute-Mauricie, par exemple, la Ville de La Tuque a enregistré une baisse de 0,6% passant de 11 059 à 10 995 habitants. Une baisse six fois plus importante que l'an dernier qui n'inquiète pas trop le maire de La Tuque.

«La Ville fait beaucoup d'efforts. [...] Je crois que ce sont davantage les personnes âgées qui quittent et avec le projet des bâtisseurs je crois qu'on va être en mesure de les garder. C'est un manque qu'il y avait. La vapeur est en train de se renverser et je suis confiant que dans 2 ou 3 ans on va avoir circonscrit le problème», soutient Normand Beaudoin.

Les deux petites municipalités aux alentours de La Tuque, elles, ont connu des augmentations. Une vingtaine de personnes ont élu domicile à La Bostonnais et deux nouvelles personnes se sont ajoutées à la population de Lac-Édouard.

Dans la MRC de Maskinongé, on enregistre une diminution de la population de 0,26 %. Elle est suivie de la MRC de Bécancour (-0,37 %), de la MRC de Nicolet-Yamaska (-0,43 %) et c'est la MRC de Mékinac qui enregistre le plus grand déclin avec une baisse de 1,28 %. Il faut dire que 83 personnes ont déserté la ville de Saint-Tite dans la dernière année faisant passer la population de 3833 habitants à 3750.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer