Services supralocaux: le maire de Drummondville endosse «Michel Angers à 200 %»

Alors que Shawinigan a repoussé au 1er juin... (François Gervais)

Agrandir

Alors que Shawinigan a repoussé au 1er juin la nouvelle tarification aux citoyens de l'extérieur en raison de la grogne soulevée en périphérie, le maire de Drummondville Alexandre Cusson vient de s'entendre avec 13 des 17 municipalités de la MRC de Drummond.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Drummondville) À l'aube d'une nouvelle année, le maire de Shawinigan, Michel Angers, peut compter sur l'appui de son homologue de Drummondville, Alexandre Cusson, dans le dossier des services supralocaux qui vient d'être réglé dans la MRC de Drummond pour 2016.

«Je l'endosse à 200 %. C'est une démarche tout à fait normale. Ce sont les citoyens de Shawinigan qui l'ont élu. Et aux autres maires, je leur conseille de prendre le temps d'analyser la situation et d'y voir les avantages pour leur population», a confié au Nouvelliste le maire Cusson.

Alors que Shawinigan a repoussé au 1er juin la nouvelle tarification aux citoyens de l'extérieur en raison de la grogne soulevée en périphérie, Drummondville vient de s'entendre avec 13 des 17 municipalités de la MRC de Drummond. Résultat? La Ville ira chercher 500 000 dollars de plus dès 2016 et au terme de l'entente graduelle de quatre ans, ce montant sera de l'ordre de 800 000 dollars annuellement.

«Ça s'est fait dans l'harmonie et j'en suis très fier. C'est une question d'équité», raconte le premier magistrat qui, dès son arrivée à l'hôtel de ville en 2013, fut sensibilisé à ce dossier.

Selon l'accord intervenu avec les trois quarts des municipalités environnantes, celles-ci pourront contribuer à raison de 70 % la première année, 80 % en 2017, 90 % en 2018 et 100 % en 2019, histoire «d'amortir le choc».

Et leurs élus ont préféré consacrer un pourcentage de leur budget municipal plutôt que d'y aller sur la base de l'utilisation.

Ainsi, pour les municipalités dont l'hôtel de ville est situé à dix kilomètres et moins de Drummondville, le taux a été fixé à 4 % des prévisions budgétaires, et pour les autres, à 2 %.

Pour les citoyens des quatre municipalités non participantes, Durham-Sud, Lefebvre, L'Avenir et Saint-Félix-de-Kingsey, il faudra maintenant débourser 1650 dollars pour le hockey au lieu de 365 dollars. Et quant aux autres disciplines, les tarifs, qui varient de 15 à 110 dollars, grimperont à 525 $ dans leur cas.

«Il n'y a pas d'exagération dans les tarifs de Shawinigan», a tenu à ajouter le maire Cusson tout en spécifiant que l'entente aura été précédée d'une étude et d'une année de travail, sinon plus.

Finalement, Drummondville amorcera l'année 2016 avec une autre bonne nouvelle, soit l'ouverture du campus de l'UQTR qui recevra ses premiers étudiants la semaine prochaine.

«Tout est construit selon les échéanciers qui avaient été avancés lors de l'annonce à l'automne 2014», a souligné Alexandre Cusson, qui a parlé d'une inauguration officielle à la mi-janvier.

Lors de cet événement médiatique, le maire de Drummondville était entouré du ministre Yves Bolduc et de la rectrice Nadia Ghazzali, deux personnalités publiques qui ne sont plus en poste aujourd'hui.

Jusqu'à maintenant, les étudiants inscrits dans les programmes de l'UQTR suivaient leurs cours dans des locaux appartenant au Cégep de Drummondville et à la Société de développement économique de Drummondville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer