À vos pelles!

  • Plus de 20 centimètres de neige sont tombés en Mauricie. (Sylvain Mayer)

    Plein écran

    Plus de 20 centimètres de neige sont tombés en Mauricie.

    Sylvain Mayer

  • 1 / 7
  • Ces jeunes parents ont troqué la poussette pour le traîneau afin de se déplacer dans la tempête, mardi, ici au coin des rues Royale et Bonaventure à Trois-Rivières. (Sylvain Mayer)

    Plein écran

    Ces jeunes parents ont troqué la poussette pour le traîneau afin de se déplacer dans la tempête, mardi, ici au coin des rues Royale et Bonaventure à Trois-Rivières.

    Sylvain Mayer

  • 2 / 7
  • L'histoire ne dit pas si ce félin entrait ou sortait de sa maison, chose certaine, ce n'était pas une température à mettre un chat dehors. (Sylvain Mayer)

    Plein écran

    L'histoire ne dit pas si ce félin entrait ou sortait de sa maison, chose certaine, ce n'était pas une température à mettre un chat dehors.

    Sylvain Mayer

  • 3 / 7
  • Il fallait être bien emmitouflé pour se frayer un chemin dans la tempête, mardi, à Trois-Rivières. Les lunettes étaient de mise, avec des rafales de vent soufflant jusqu'à 41 kilomètres à l'heure. (Sylvain Mayer)

    Plein écran

    Il fallait être bien emmitouflé pour se frayer un chemin dans la tempête, mardi, à Trois-Rivières. Les lunettes étaient de mise, avec des rafales de vent soufflant jusqu'à 41 kilomètres à l'heure.

    Sylvain Mayer

  • 4 / 7
  • Ce livreur, à l'instar de ses collègues, ne l'a pas eu facile, mardi, alors que les trottoirs étaient tout de neige. (Sylvain Mayer)

    Plein écran

    Ce livreur, à l'instar de ses collègues, ne l'a pas eu facile, mardi, alors que les trottoirs étaient tout de neige.

    Sylvain Mayer

  • 5 / 7
  • À défaut d'un balais à neige, M. Mc Murray du secteur Shawinigan-Sud n'a eu d'autre choix que d'utiliser ses mains pour chasser l'épaisse couche de neige qui recouvrait son véhicule. (Sylvain Mayer)

    Plein écran

    À défaut d'un balais à neige, M. Mc Murray du secteur Shawinigan-Sud n'a eu d'autre choix que d'utiliser ses mains pour chasser l'épaisse couche de neige qui recouvrait son véhicule.

    Sylvain Mayer

  • 6 / 7
  • Emplettes d'après Noël obligent, cette famille s'est rendue dans un magasin à grande surface de Trois-Rivières, malgré la neige et le vent qui soufflait ses flocons à l'horizontal. (Sylvain Mayer)

    Plein écran

    Emplettes d'après Noël obligent, cette famille s'est rendue dans un magasin à grande surface de Trois-Rivières, malgré la neige et le vent qui soufflait ses flocons à l'horizontal.

    Sylvain Mayer

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ceux qui en doutaient encore n'ont qu'à se mettre le nez dehors pour s'en convaincre: l'hiver est bel et bien arrivé sur la région. Mardi, plus de 20 centimètres de neige ont recouvert la Mauricie. Environnement Canada prévoit quelques centimètres supplémentaires mercredi. Des flocons qui auront fait autant d'heureux que de mécontents, entre les amateurs de sports d'hiver et les automobilistes zigzagant sur les routes.

Parmi les mécontents: les automobilistes. Les conditions routières étaient particulièrement difficiles, mardi, sur l'autoroute 40 en direction est, à la hauteur du secteur Sainte-Marthe-du-Cap. Visibilité réduite, chaussée enneigée et présence de lames de neige étaient au menu. Idem à la jonction des autoroutes 40 et 55 à Maskinongé, ainsi que sur la route 349 entre Louiseville et Saint-Paulin, et sur la route 359 entre Champlain et Shawinigan, secteur Saint-Georges.

Avec plus de 20 centimètres de neige, Environnement Canada n'a pas hésité à publier une alerte de tempête hivernale, en vigueur pour Trois-Rivières, Shawinigan, Sainte-Anne-de-la-Pérade, Louiseville, ainsi que les secteurs Matawin (parc national de la Mauricie) et Lac-aux-Sables.

«Je n'ai pas de mesures exactes pour Trois-Rivières, mais on ne se trompe pas en disant qu'au moins une vingtaine de centimètres de neige sont tombés sur la région», note la météorologue Marie-Ève Giguère.

«Mercredi, un autre système s'approche de nos régions, mais beaucoup moins intense. On s'attend à quelques centimètres de neige, entre deux et quatre centimètres. Rien de trop intense pour la fin de 2015», prévient-elle. La neige pourrait également en ajouter une couche jeudi, vendredi, samedi et dimanche, avec des probabilités variant entre 60 % et 70 %. 

Dans les rues de la cité de Laviolette, environ 110 véhicules de déneigement étaient à pied d'oeuvre mardi. Au cours de la nuit, ils étaient près de 250 véhicules à participer à l'opération de déneigement. La Ville invite d'ailleurs les citoyens à s'inscrire sur le site stationnementdenuit.ca/troisrivieres/ afin de recevoir les alertes lors des opérations de déneigement et ainsi savoir s'il est permis ou non de garer sa voiture dans les rues.

Les patrouilleurs du déneigement sont au travail afin de s'assurer que les citoyens respectent les règlements municipaux. Rappelons qu'il est interdit de disposer de la neige dans la rue sans permis.

En retour, cette première tempête de la saison était accueillie comme une véritable bénédiction par les centres de sports et d'activités hivernales. Selon l'Association des stations de ski du Québec, la quasi totalité des stations sont ouvertes dans les 16 régions administratives du Québec. Signe que les skieurs et planchistes étaient rongés par l'impatience, ils étaient très nombreux mardi matin à braver la tempête pour dévaler les pistes du Centre de glisse Vallée du Parc.

«Les pentes ouvertes sont achalandées. Nous sommes bien contents», indique d'emblée Annie Brousseau, directrice adjointe de la station. 

L'importante bordée de neige permettra sûrement à Vallée du Parc d'ouvrir deux nouvelles pistes et de poursuivre l'aménagement de plusieurs autres. «Nous espérons ouvrir les pentes expertes d'ici la fin de la période des Fêtes», ajoute Mme Brousseau. «Nous invitons les skieurs et planchistes à suivre l'état de la montagne sur notre site Internet. Ça peut changer rapidement.»

Au Centre de ski La Tuque, on se réjouissait également de la tempête. Le domaine skiable était de 25 % mardi, alors que tombait la neige à pelletée. On espère ouvrir davantage de pistes au cours des prochains jours. La glissade sur tubes était elle aussi accessible aux usagers mardi.   

Les bénévoles des clubs de motoneigistes de la région regardaient les flocons tomber avec enthousiasme. Cette neige permettra, dès mercredi, de damer les sentiers. «Dès la prochaine bordée de neige, nous allons pouvoir ouvrir les sentiers», souligne Yves Boucher, secrétaire du Club de motoneige de la Mauricie. «Nous avons vraiment hâte de pouvoir commencer.» 

Malgré la bonne bordée reçue, le parc de l'île Melville ne peut toujours pas ouvrir les pentes de sa station plein air Val-Mauricie. Et cette situation devrait perdurer pour les prochains jours. «Nous devons avoir 80 centimètres de neige au sol. Sans ça, nous ne pouvons pas ouvrir la descente sur tubes», explique la directrice générale du parc, Marie-Louise Tardif, qui souligne que les normes environnementales en vigueur retardent les opérations de la station plein air. 

«Nous ne pouvons plus fabriquer de neige artificielle avec de l'eau potable en raison de la politique sur la réduction de l'utilisation de l'eau potable. De plus, pour la première fois en 25 ans, on ne reçoit plus de neige par camion même si elle est propre. Nous n'avons pas de permis de dépôt à neige.»

À Sainte-Anne-de-la-Pérade, les prochains jours risquent bien d'être très occupés pour les pourvoyeurs de pêche aux petits poissons des chenaux. Grâce au froid des derniers jours, la rivière Sainte-Anne près du village est maintenant gelée sur presque toute sa superficie. Il était toutefois bien trop tôt mardi pour embarquer sur la rivière et commencer le travail. 

«Nous regardons passer la tempête et nous allons réévaluer la situation mercredi. Si tout va bien, nous devrions pouvoir commencer le travail pour préparer la saison de pêche», a souligné mardi Steve Massicotte, président de l'Association des pourvoyeurs de pêche aux petits poissons des chenaux.    

Les amateurs de patin devront toutefois encore patienter avant de prendre d'assaut les patinoires extérieures de Trois-Rivières. Les équipes de la Ville ont commencé lundi le travail, avant de réaliser que le sol n'est pas encore suffisamment gelé pour aménager les glaces. Plusieurs arénas de Trois-Rivières offrent toutefois des horaires élargis pour le patinage.

«Si ça va bien, nous devrions pouvoir préparer les patinoires pour la semaine prochaine. Nous souhaitons toujours les aménager pour la période des Fêtes afin de permettre aux citoyens de profiter d'activités gratuites», soutient Chantale Carignan, responsable des communications à la Ville de Trois-Rivières. «Nous allons toutefois pouvoir commencer le traçage des pistes de ski de fond.»

Des maux de tête

Alors que certains s'en donnaient à coeur joie dans la neige, la tempête de mardi aura causé bien des maux de tête à d'autres. Par exemple, un peu partout au Québec, les bénévoles de l'Opération Nez Rouge n'ont pas pris le volant afin de raccompagner jusqu'à la maison les automobilistes ayant consommé de l'alcool.

Également, le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap a suspendu, mardi soir, les activités prévues à l'agenda de son Noël en lumière, comme les jardins illuminés, la fête de la famille et l'exposition des modèles réduits.

Sur les autoroutes et autres artères routières, la Sûreté du Québec a enregistré quelques sorties de route, heureusement aucune avec blessés graves.

À Trois-Rivières, la Sécurité publique note au plus trois ou quatre petits accrochages. Toujours à Trois-Rivières, 35 clients d'Hydro-Québec ont été privés d'électricité durant la soirée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Première tempête en Mauricie
    Plus de 20 centimètres de neige sont tombés en Mauricie. (Sylvain Mayer)

    Sylvain Mayer

    Plus de 20 centimètres de neige sont tombés en Mauricie.

  • Première tempête en Mauricie
    Ces jeunes parents ont troqué la poussette pour le traîneau afin de se déplacer dans la tempête, mardi, ici au coin des rues Royale et Bonaventure à Trois-Rivières. (Sylvain Mayer)

    Sylvain Mayer

    Ces jeunes parents ont troqué la poussette pour le traîneau afin de se déplacer dans la tempête, mardi, ici au coin des rues Royale et Bonaventure à Trois-Rivières.

  • Première tempête en Mauricie
    L'histoire ne dit pas si ce félin entrait ou sortait de sa maison, chose certaine, ce n'était pas une température à mettre un chat dehors. (Sylvain Mayer)

    Sylvain Mayer

    L'histoire ne dit pas si ce félin entrait ou sortait de sa maison, chose certaine, ce n'était pas une température à mettre un chat dehors.

  • Première tempête en Mauricie
    Il fallait être bien emmitouflé pour se frayer un chemin dans la tempête, mardi, à Trois-Rivières. Les lunettes étaient de mise, avec des rafales de vent soufflant jusqu'à 41 kilomètres à l'heure. (Sylvain Mayer)

    Sylvain Mayer

    Il fallait être bien emmitouflé pour se frayer un chemin dans la tempête, mardi, à Trois-Rivières. Les lunettes étaient de mise, avec des rafales de vent soufflant jusqu'à 41 kilomètres à l'heure.

  • Première tempête en Mauricie
    Ce livreur, à l'instar de ses collègues, ne l'a pas eu facile, mardi, alors que les trottoirs étaient tout de neige. (Sylvain Mayer)

    Sylvain Mayer

    Ce livreur, à l'instar de ses collègues, ne l'a pas eu facile, mardi, alors que les trottoirs étaient tout de neige.

  • Première tempête en Mauricie
    À défaut d'un balais à neige, M. Mc Murray du secteur Shawinigan-Sud n'a eu d'autre choix que d'utiliser ses mains pour chasser l'épaisse couche de neige qui recouvrait son véhicule. (Sylvain Mayer)

    Sylvain Mayer

    À défaut d'un balais à neige, M. Mc Murray du secteur Shawinigan-Sud n'a eu d'autre choix que d'utiliser ses mains pour chasser l'épaisse couche de neige qui recouvrait son véhicule.

  • Première tempête en Mauricie
    Emplettes d'après Noël obligent, cette famille s'est rendue dans un magasin à grande surface de Trois-Rivières, malgré la neige et le vent qui soufflait ses flocons à l'horizontal. (Sylvain Mayer)

    Sylvain Mayer

    Emplettes d'après Noël obligent, cette famille s'est rendue dans un magasin à grande surface de Trois-Rivières, malgré la neige et le vent qui soufflait ses flocons à l'horizontal.