Une entente de principe bien accueillie

Les membres du front commun syndical du secteur public... (Archives, Stéphane Lessard)

Agrandir

Les membres du front commun syndical du secteur public pourront vraisemblablement ranger leurs pancartes: une entente de principe a été conclue avec le gouvernement.

Archives, Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'annonce d'une entente de principe entre le front commun syndical du secteur public et le gouvernement du Québec est bien accueillie dans la région. Même si les détails de cette l'entente n'ont pas encore été dévoilés et doivent être soumis aux membres des syndicats, leurs représentants souhaitaient ardemment une entente négociée avant Noël.

Le président de la CSN du Coeur-du-Québec, Paul... (Archives, François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Le président de la CSN du Coeur-du-Québec, Paul Lavergne.

Archives, François Gervais

Le président du Syndicat du personnel professionnel de... (Archives, François Gervais) - image 1.1

Agrandir

Le président du Syndicat du personnel professionnel de l'éducation du Coeur et du Centre-du-Québec (CSQ), Denis Bastarache.

Archives, François Gervais

«Nous souhaitions tous ça comme cadeau de Noël. On a par contre hâte de voir le contenu pour savoir si c'est un réel cadeau», affirme d'emblée Denis Bastarache, président du Syndicat du personnel professionnel de l'éducation du Coeur et du Centre-du-Québec (CSQ). «L'entente de principe est de bon augure.»

Le président de la CSN du Coeur-du-Québec, Paul Lavergne, voit également d'un bon oeil la conclusion de l'entente de principe. «Pour l'ensemble des travailleurs et des travailleuses, c'est une excellente nouvelle», lance-t-il.

«Ceci dit, nous ne connaissons pas les détails de l'entente. Mais si ça va dans le sens de ce qui était proposé, c'est-à-dire une augmentation de salaire qui permet de suivre l'indice des prix à la consommation, nous serons satisfaits. Si on est autour de 2,5 % par année, les gens vont être contents.»  

Même son de cloche au Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges, où sa présidente Claudia Cousin estime que les leaders du front commun ont réussi à obtenir une entente favorable pour les syndiqués. «On sait qu'ils ont travaillé très fort dans les dernières semaines. J'imagine que s'ils en sont arrivés à une entente de principe, c'est qu'ils jugent qu'elle est satisfaisante», soutient-elle. «C'est une bonne nouvelle.

Les représentants syndicaux membres de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), dont font partie le Syndicat du personnel professionnel de l'éducation du Coeur et du Centre-du-Québec et le Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges, doivent se réunir vendredi à Montréal afin de prendre connaissance des détails de l'entente de principe. Rappelons que les points qui restaient à négocier par le front commun étaient ceux des salaires et des retraites. 

«On va se faire expliquer les tenants et aboutissants de l'entente. Nous allons aussi pouvoir donner nos impressions», indique Denis Bastarache. 

L'entente de principe devra par la suite être soumise aux différentes instances syndicales. Des assemblées générales seront donc organisées au cour des prochaines semaines. On sait toutefois déjà qu'une assemblée générale du Syndicat du personnel professionnel de l'éducation du Coeur et du Centre-du-Québec (CSQ) aura lieu le 19 janvier.  «Nous allons regarder l'entente de la table sectorielle ainsi que l'entente de principe. Ce sont les membres qui décident si l'entente leur convient ou pas», précise Denis Bastarache. 

«Les assemblées générales vont probablement se faire très rapidement», ajoute de son coté Paul Lavergne de la CSN. «Dans le mouvement syndical, c'est toujours les membres qui donnent le ok.»  

Claudia Cousin est quant à elle convaincue que la mobilisation des employés du secteur public de la dernière année a contribué à créer un rapport de force favorable pour les syndiqués. «Dans les dernières semaines on a dit au gouvernement, pas de règlement sans investissements. Et puis finalement le gouvernement qui n'avait pas d'argent en a trouvé pour investir en éducation», conclue la présidente du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer