D'obèse à athlète

Jacques Aubin... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Jacques Aubin

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) En l'espace de deux ans environ, Jacques Aubin a perdu 225 livres, passant de 415 livres à 190 livres, et ce, sans aucune opération chirurgicale. Sans jeu de mots, le défi a été de taille mais son entêtement, sa force de caractère et sa persévérance ont eu raison des plus sceptiques.

Le 5 janvier prochain, il donnera d'ailleurs une conférence «D'obèse à athlète» au Centre athlétique de Trois-Rivières pour parler de son cheminement personnel mais surtout, pour démontrer qu'il est possible de reprendre le contrôle de sa vie, peu importe son âge. À 52 ans, il estime en effet que le corps n'a aucune limite. «C'est incroyable ce que le corps humain peut faire. Nous sommes nos propres limites. Il faut juste au moins faire l'effort de les repousser», a-t-il indiqué.

Il admet n'avoir pas toujours été le motivateur qu'il est devenu. La négligence, la paresse, le laisser-aller et les épreuves de sa vie ont largement pris le dessus sur sa santé au fil des années au point qu'en janvier 2009, il a fait osciller la balance à 415 livres. Et quelle balance! «Mon médecin n'était plus capable de me peser sur sa balance. Le maximum était de 330 livres. J'ai dû me rendre dans un abattoir à cochons pour connaître mon poids. J'ai alors compris qu'il fallait que je me prenne en main mais il m'a fallu encore huit à neuf mois pour me décider à changer mon alimentation, marcher, entrer au gym», a-t-il expliqué.

L'élément déclencheur aura été de voir sa fille, une sportive, faire le 5 km du marathon de Montréal. «Je lui ai dit : ''je vais le faire avec toi l'année prochaine''. Elle est partie à rire. Finalement, je l'ai fait comme promis. J'avais alors perdu 156 livres», a-t-il ajouté.

Il a par la suite développé une grande passion pour la course à pied. Plus rien ne l'a arrêté en dépit de quelques moments de découragement. Il a participé à des marathons, triathlons Iron Man, à la course à relais Montréal-New York, et se promet de participer bientôt au Tor des géants dans les Alpes françaises.

Dans le cadre de sa conférence, il veut justement expliquer aux gens son processus, ce qui est possible et comment s'y rendre. Il rappelle en effet que ce n'est pas tout de perdre du poids, encore faut-il regagner l'estime de soi, ce qui peut pendre plus de temps encore. «Personnellement, je ne pouvais pas me permettre d'abandonner. C'était ma vie qui en dépendait. En tant qu'obèse, je souffrais d'hypertension. D'autres maladies allaient bientôt me rattraper, surtout en tenant compte des maladies héréditaires de ma famille. Mon seul et unique objectif a donc toujours été de sauver ma vie et de prendre soin de ma santé», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer