L'AQSS déplore le départ de Serge Marquis

Serge Marquis... (Krystine Buisson)

Agrandir

Serge Marquis

Krystine Buisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'Association québécoise des SPA et SPCA, qui regroupe 11 refuges et succursales où plus de 48 000 animaux en détresse sont recueillis chaque année, a fait savoir par voie de communiqué qu'elle «accueille avec une grande tristesse la nouvelle du départ du directeur général de la SPA de la Mauricie, Serge Marquis».

La Société protectrice des animaux de la Mauricie a annoncé, il y a quelques jours, qu'elle venait de rompre son lien d'emploi avec son directeur général.

Le président de la SPAM, Daniel Cournoyer, a expliqué au Nouvelliste que M. Marquis, malgré «sa loyauté sans faille» n'était plus l'homme de la situation. M. Cournoyer indique qu'il n'en a pas dormi tant la décision a été difficile à prendre.

C'est qu'au cours des 11 ans que M. Marquis était en poste, la SPAM a pris énormément d'ampleur. «De quatre employés, nous sommes passés à 35», rappelle M. Cournoyer.

La SPA de la Mauricie a aussi doublé ses activités en ouvrant une deuxième succursale à Shawinigan et caresse maintenant de très grandes ambitions qui nécessiteront beaucoup plus de gestion.

Elle veut développer des services novateurs et rayonner dans tout le Canada, indique le président.

En 2016, par exemple, elle prévoit construire un incinérateur et éventuellement, aménager un cimetière et un parc à chien. Elle veut aussi construire un nouveau bâtiment pour y aménager un centre d'excellence dès 2017-18 dans lequel se trouveront des locaux pour l'apprentissage. «On est visionnaire», fait valoir Daniel Cournoyer en précisant qu'il s'agirait d'un bâtiment vert, peut-être le premier du genre parmi les SPA du Canada.

Il appert que la SPA, qui aspire aussi à l'autonomie financière, ait les moyens de ses ambitions. Pour s'en assurer, elle a fait faire une analyse par la firme Raymond Chabot Grant Thornton. «C'est viable», indique le président.

Le plan stratégique établi pour 2015 n'a malheureusement pas évolué au goût du conseil d'administration. Le futur directeur général devra avoir de la vision, explique M. Cournoyer. L'affichage du poste se fera dès janvier avec le profil recherché.

Serge Marquis a indiqué au Nouvelliste, vendredi, qu'il préférait vivre cette période de transition en famille, pour l'instant, et n'a pas voulu faire d'autres commentaires.

Le président de l'AQSS, Denys Pelletier, indique qu'il a travaillé pendant sept ans en collaboration avec M. Marquis sur divers dossiers.

«Il était d'abord et avant tout un collègue apprécié, dévoué et inspirant. Son départ causera un grand vide au sein de l'AQSS. Nous espérons que le monde du bien-être animal au Québec aura de nouveau la chance de bénéficier de son expérience, ses connaissances et son dévouement», indique le communiqué de l'AQSS.

Serge Marquis a participé à de nombreuses organisations et comités provinciaux dont la Fondation BEA, Anima-Québec et divers groupes de travail du Mapaq. «Son expertise et son professionnalisme ont apporté une grande contribution au bien-être animal au Québec», indique le communiqué.

Selon l'AQSS, qui est présente dans 120 municipalités, Serge Marquis était un gestionnaire «pragmatique et dévoué». Les refuges de Trois-Rivières et de Shawinigan qui ont été aménagés sous sa gouverne «sont devenus par la suite des modèles pour d'autres organisations».

«Toujours prêt à aider et à partager ses expériences, il [M. Marquis] a permis à l'AQSS de progresser plus rapidement dans ses différents projets», souligne l'organisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer