Le premier contingent de réfugiés syriens attendu à Toronto

Deux enfants syriens posent avant l'embarquement des réfugiés... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Deux enfants syriens posent avant l'embarquement des réfugiés dans l'avion qui les mènera au Canada.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Avec des valises empilées sur des chariots et des sacs bleus remplis d'informations provenant d'agences gouvernementales sur le dessus, 163 Syriens ont fait la file à l'aéroport de Beyrouth, jeudi, pour amorcer leur long périple vers le Canada.

L'avion militaire canadien, qui a décollé du Liban jeudi, est le premier à amener en groupe les réfugiés syriens que le Canada s'est engagé à accueillir. Des photos prises par les Forces armées canadiennes à l'aéroport montrent une foule diverse d'hommes et de femmes, d'adolescents et de jeunes enfants, certains se voyant offrir des ours en peluche par les responsables canadiens.

L'appareil avait prévu une escale en Allemagne pour faire le plein de carburant et procéder à la relève de l'équipage. Il n'était attendu à Toronto que tard en soirée jeudi.

Tout de même, le premier ministre Justin Trudeau tenait à être là pour l'accueillir, de même que la première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne.

En atterrissant à l'aéroport Pearson de Toronto, les réfugiés qui le désirent rencontreront les deux premiers ministres. Mais tous seront accueillis par une équipe de fonctionnaires et des agents frontaliers qui finaliseront les dernières mesures requises.

Ils obtiendront alors le statut de résident permanent au Canada. On leur remettra ensuite des vêtements d'hiver et un numéro d'assurance sociale. Puis, on les conduira vers un hôtel pour ce qui restera de la nuit, à moins que leur destination finale ne soit déjà Toronto.

Toronto et ses environs en accueilleront 116. Quatre autres prendront la direction de Windsor, en Ontario. Des parrains à Kelowna, en Colombie-Britannique, en accueilleront quatre, alors que trois se rendront à Coquitlam et un à New Westminster, dans la même province. Vingt réfugiés syriens doivent prendre la direction de Calgary, et 15 autres doivent se rendre à Edmonton, indiquent des données dévoilées jeudi par le ministère de l'Immigration.

«C'est un jour très heureux pour les Canadiens», a lancé John McCallum, ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, à sa sortie des Communes, jeudi.

«Nous avons de grands espoirs de réussite pour ce groupe de personnes qui arrivent au pays et leur famille, alors qu'elles se créent leur nouvelle maison ici au Canada», a dit son secrétaire parlementaire Arif Virani, lui-même arrivé au Canada comme réfugié en 1972.

Le premier contingent à destination de Montréal doit arriver samedi, lui aussi par avion militaire. Un total de 300 Syriens arriveront ainsi au Canada. Les avions commerciaux nolisés devraient prendre la relève par la suite.

Tous les réfugiés qui arrivent cette semaine bénéficient déjà d'un parrainage privé, plusieurs parrains ayant fait les démarches nécessaires il y a plusieurs mois dans le but de faire venir au Canada certains des quelque 4,3 millions de Syriens déplacés par la guerre civile persistante en Syrie.

Le Canada accueille depuis des mois des réfugiés syriens, sur une base plus individuelle. Depuis le 4 novembre, date à laquelle le nouveau gouvernement libéral a commencé à compter pour arriver au chiffre de 25 000, 416 Syriens étaient arrivés au pays.

Le Parti libéral s'était engagé à accueillir 25 000 réfugiés syriens, tous parrainés par le gouvernement, avant la fin de l'année. Arrivé au pouvoir, il a dû réviser ses chiffres devant l'ampleur de la tâche.

Ainsi, les 10 000 premiers qui doivent arriver avant le 31 décembre sont, pour la plupart, à la charge de parrains privés. Mais leur voyage - en avion militaire ou nolisé - est payé par le gouvernement canadien.

Le rythme des arrivées devrait s'accélérer, selon le ministre McCallum qui croit encore réussir à en accueillir 10 000 avant le 31 décembre et 15 000 autres avant le mois de mars.

«Nous avons encore ce même objectif. Vous verrez beaucoup de vols additionnels après ce soir et après samedi. Et nous avons des processus sur la terre pour avoir beaucoup de réfugiés potentiels qui vont être examinés chaque jour», a-t-il assuré.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer