Secteur public: la grève de mercredi dans l'ensemble du Québec semble inévitable

La plupart des écoles, établissements de santé et... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

La plupart des écoles, établissements de santé et ministères québécois seront touchés par une grève des employés de l'État, mercredi.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La plupart des écoles, établissements de santé et ministères québécois seront touchés par une grève des employés de l'État, mercredi, alors que le front commun intersyndical a annoncé une grève d'une journée et que la FAE amorcera alors une séquence de trois journées de grève consécutives.

À quelques heures du déclenchement de cette grève, celle-ci semblait de plus en plus inévitable, malgré les progrès réalisés au cours des derniers jours à certaines tables de négociation sectorielles.

Le front commun intersyndical, qui représente 400 000 des 500 000 employés de l'État, a déjà annoncé la tenue d'une unique journée de grève, mercredi. Et il n'y a pas renoncé, bien que des ententes de principe sectorielles aient été conclues, au cours des derniers jours, par ses syndicats membres représentant les employés du soutien scolaire, des fonctionnaires et ouvriers et des professeurs de cégep.

«À moins d'un dénouement extraordinaire d'ici la fin de la journée, je pense qu'on est en mesure déjà d'annoncer que demain (mercredi) il y aura grève dans toutes les régions du Québec», a confirmé la présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) Louise Chabot, au cours d'une entrevue avec La Presse Canadienne mardi.

La CSQ représente notamment les deux tiers des enseignants du primaire et du secondaire, des professionnels de l'éducation, des employés du soutien scolaire, ainsi que des professeurs de cégep.

De son côté, la Fédération autonome de l'enseignement, qui représente l'autre tiers des enseignants du primaire et du secondaire, soit 34 000 d'entre eux, débraiera mercredi, jeudi et vendredi dans 800 écoles de certaines régions, dont Montréal, Laval et l'Outaouais.

Au sein de cette organisation syndicale aussi, on affirmait mardi qu'il faudrait pratiquement «un miracle» pour éviter la grève.

La FAE a claqué la porte le 3 novembre, quittant sa table sectorielle. Elle n'y est pas revenue depuis, malgré deux tentatives de rapprochement, dont la plus récente dimanche dernier.

Les établissements de santé seront également touchés par la journée de grève unique du front commun. Toutefois, les services essentiels y seront assurés, comme le veut le Code du travail.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer