Une générosité inespérée

Justine L'Heureux et Jansen Schmitt... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Justine L'Heureux et Jansen Schmitt

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Justine L'Heureux</p>
Justine L'Heureux
Le Nouvelliste

La dernière semaine fut une des plus intenses jusqu'à maintenant. Intense humainement. Nous avons été les participants d'une chaîne de solidarité et de générosité incomparable.

Cette vague de bonté débuta sur un banc public, en face d'une librairie fermée, dans le petit village de Point Reyes, situé à quelques 60 kilomètres au nord de San Francisco. Une dame nous demande quelle est notre destination pour cette fin de journée. Lui disant que nous désirons se rendre à Bolinas sur un centre de permaculture, elle se porte responsable, spontanément, de nous trouver un lieu où passer la nuit. Skyler, toute pétillante et pimpante malgré son âge avancé, nous confirme, quelques coups de téléphone plus tard, que son fils peut nous accueillir pour la nuit. Inédit ! Nous arrivons ainsi chez James à Stinson, avec qui nous passons une agréable soirée à discuter et échanger.

Le lendemain, direction Bolinas, pour découvrir une organisation inspirante, le Regenerative Design Institute, qui est située dans une vallée, à l'intérieur du Parc national de Point Reyes. Apprentissages, rencontres, échanges, nous avons partagés trois journées intenses au sein de cette communauté unique. (À lire dans le prochain article sur le Centre permaculture de Bolinas - RDI.)

Nous quittons le charmant village de Bolinas pour se diriger vers le State Park situé juste avant le Golden Gate Bridge. Le destin nous amène à rencontrer sur la piste cyclable de Sausolito, en toute fin de journée, Giuseppe et Gray, tous deux de retour d'une balade en vélo de montagne. Étant situé au bord d'une baie, il existe dans cette ville quelques quartiers originaux de maisons sur l'eau. Giuseppe nous invite à prendre un verre chez lui. Quel charme et créativité renferment son bâteau-maison. Et voilà que le verre de vin se transforme en bouteille, puis en un délicieux repas. Il ne nous reste plus qu'à s'endormir dans le douillet lit situé dans la coque avant du bâteau, bercés tels des bébés loutres au rythme des vagues.

Hypnotisés par cette vague de bonté, nous reprenons la route pour se diriger plein sud, de retour sur la Highway 1. Nous terminons notre journée dans le State Park de Capitola. N'ayant à peine le temps de poser bagages, un sympathique couple nous avise de nous dépêcher puisque leur repas complet de Thanksgiving est encore chaud et prêt à être dégusté. Quoi? On ne se fait pas prier deux fois! Et nous voilà entourés de la famille Ringer-Grewe et amis, à partager le plat typique, dinde et tous ses à-côtés, de l'Action de grâce américaine.

Nous reprenons la route, énergisés par tous ces derniers accueils grandioses. La randonnée quotidienne s'avère quelque peu monotone. La majorité du trajet est ponctuée d'immenses champs cultivés en monoculture, le tout géré par le géant des fruits et légumes, Dole. On termine notre journée à Marina, où nous trouvons un lieu tranquille pour camper. Puisqu'il y a quelques hôtels à proximité, on prend la chance de demander à l'un d'eux s'il a un tarif spécial uniquement pour les douches. La dame nous répond négativement, mais nous demande tout de même de patienter. Elle nous tend, le plus simplement du monde, une carte de chambre et nous invite à s'y installer pour la nuit! Et n'oubliez pas, nous dit la charmante Teresa, le déjeuner sera servi demain jusqu'à 10 h du matin. Nous vous écrivons en direct de cette chambre douillette offerte.

Nous sommes sans mots, émus par cette vague incessante de générosité. Rencontrer chacune de ses personnes donne réellement espoir en l'humanité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer