Pas d'eau potable avant 2017 pour 40 résidences de Saint-Étienne-des-Grès

Le maire de Saint-Étienne-des-Grès, Robert Landry.... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Saint-Étienne-des-Grès, Robert Landry.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les propriétaires des 40 résidences de Saint-Étienne-des-Grès aux prises avec une contamination de l'eau potable par le sel de déglaçage du ministère des Transports et, dans 14 cas, par les nitrites provenant des activités d'une ferme, devront s'armer de patience. Une rencontre du comité de suivi tenue lundi s'est soldée par le constat qu'il faudra patienter jusqu'à l'automne 2017 avant que le problème soit définitivement réglé.

La municipalité ne peut brancher ces résidences à son réseau municipal avant d'être certaine d'avoir des quantités suffisantes d'eau pour desservir ce secteur, explique le maire Robert Landry.

C'est qu'en plus des 40 résidences touchées, rappelle le maire, on y trouve aussi une pépinière dont la consommation équivaut à 50 maisons, un terrain de camping qui équivaut à 30 ou 40 résidences et c'est sans compter l'entreprise agricole qui se situe dans ce périmètre.

La municipalité doit donc analyser quels sont exactement les débits d'eau dont elle dispose et qui sont nécessaires pour desservir tout le monde, ce qui se fera dès le mois d'avril prochain. Les élus se doutent qu'il faudra par la suite partir à la recherche d'une nouvelle source d'eau potable, indique M. Landry.

La municipalité indique qu'elle ne peut mettre d'argent dans ce projet. Selon le maire, le ministère des Transports a reconnu que la contamination au sel provient de lui et il est prêt à mettre 650 000 $ pour régler le problème.

Il reste à trouver 350 000 $ avec l'aide du député, espère le maire, puisque le premier scénario envisagé coûterait 1 million $ et impliquerait une collaboration avec Saint-Boniface qui est elle aussi en recherche d'eau.

Saint-Étienne pourrait être toutefois confrontée à un deuxième scénario selon lequel elle devrait trouver ses propres sources d'eau. Ce projet s'établirait à 2,2 millions $, indique le maire.

Saint-Étienne-des-Grès contre la Régie: la cause entendue les 18, 19 et 20 janvier

La municipalité de Saint-Étienne-des-Grès et la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie s'affronteront en cour supérieure, au palais de justice de Shawinigan, les 18, 19 et 20 janvier prochains.

Le maire de Saint-Étienne, Robert Landry, indique que le juge a décidé d'entendre les deux causes simultanément puisqu'elles sont intimement liées.

Rappelons que la RGMRM a intenté un recours en mandamus dans le but de contourner le règlement adopté par la municipalité qui l'empêche de modifier la géométrie de ses cellules d'enfouissement.

La Régie veut procéder à cette modification afin de pouvoir augmenter le volume des déchets dans chaque cellule d'enfouissement dans l'espoir de sauver ainsi 20 millions $ aux contribuables.

Mais la municipalité de Saint-Étienne calcule qu'il s'agit d'économies de bouts de chandelles qui se traduisent par 4 $ par porte au bout du compte. Les élus s'inquiètent des effets pervers de la modification des cellules sur la population stéphanoise, en particulier le bruit incessant des camions et les mauvaises odeurs qui pourraient gâcher l'existence de nombreux résidents.

La municipalité attend toujours des preuves de la part de la Régie qu'elle n'aura pas à subir de tels problèmes.

Elle s'inquiétait aussi de la portance du sol, à certains endroits. Bien que la Régie ait fait faire une étude qui démontre qu'il n'y a pas de problème de ce côté, le dossier est présentement entre les mains du ministère du développement durable, environnement et lutte contre les changements climatiques.

Forte de l'appui de ses citoyens, la municipalité a rompu les négociations avec la Régie, au printemps dernier. C'est donc la cour supérieure qui devra trancher ce litige.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer