Cloutier-du Rivage: divergence au sujet de la superclinique

L'urgence du centre Cloutier-du Rivage.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

L'urgence du centre Cloutier-du Rivage.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a deux projets de supercliniques dans ses cartons et la conversion du centre Cloutier-du Rivage n'en fait pas partie. Le député de Champlain ainsi que le cabinet du ministre de la Santé ont toutefois affirmé que cette décision revient au ministre Gaétan Barrette et non à la direction du CIUSSS.

Le député de Champlain, Pierre-Michel Auger.... (Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Le député de Champlain, Pierre-Michel Auger.

Olivier Croteau

Alors que le ministère de la Santé et des Services sociaux n'a pas encore élaboré les critères d'une superclinique, appelée aussi Groupe de médecine de famille réseau (GMFR), le CIUSSS prépare deux projets. «Au fil du temps, nous avons développé deux projets, un dans le secteur Cap-de-la-Madeleine et l'autre à Trois-Rivières, de ces cliniques sans rendez-vous ouvertes sept jours sur sept. C'est vraiment l'offre de service que nous préconisons à ce stade-ci», soutient le Dr Olivier Roy, directeur adjoint des services professionnels au CIUSSS MCQ.

«Ce qu'on entrevoit, c'est que comme ça s'appelle un GMFR, ça doit être rattaché à un Groupe de médecine de famille (GMF)», ajoute-t-il en notant qu'il n'y a pas de GMF à Cloutier-du Rivage.

Le Dr Roy affirme de plus que les deux projets de cliniques permettraient l'accès aux soins de santé à deux fois plus de personnes, dont les quelque 40 000 patients orphelins, à un coût moindre qu'en hôpital. «Nous avons deux projets qui sortent du lot et Cloutier-du Rivage ne fait pas partie de ces projets», précise-t-il.

Le médecin affirme que l'objectif des médecins et de l'établissement de santé est de rendre le plus accessible possible à la population les services de premières lignes. «Ce qu'on veut développer dans la région du Trois-Rivières métropolitain, c'est septou huit GMF. C'est vraiment la porte d'entrée du réseau de la santé», note-t-il.

«À court terme l'urgence de Cloutier-du Rivage va demeurer ouverte, car les citoyens du Trois-Rivières métropolitain qui n'ont pas de médecin de famille n'ont pas le choix d'aller dans une des deux urgences. [...] Et ce n'est pas le bon endroit. Nous voulons que les gens sortent des hôpitaux. Ça coûte deux fois le prix aller en hôpital.»

Depuis son élection, le député libéral de Champlain a fait de l'avenir de l'urgence du centre Cloutier-du Rivage un dossier prioritaire. Pierre-Michel Auger a été très surpris par les propos du directeur adjoint des services professionnels au CIUSSS MCQ.

«Il n'y a aucun critère qui est pour l'instant public. Et ces critères seront annoncés cette année ou en début de 2016 par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette», soutient le député qui croit que le Dr Roy s'est avancé trop vite.

«En aucun cas le ministre Barrette m'a affirmé que ça prenait un GMF pour faire une superclinique. [...] C'est le ministre qui va décider.»

L'attachée de presse de Gaétan Barrette soutient également de son côté qu'il est trop tôt pour affirmer qu'il n'y aura pas de superclinique à Cloutier-du-Rivage.

«C'est prématuré parce que nous n'avons même pas terminé de négocier le cadre de gestion des supercliniques avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ)», note Joanne Beauvais qui indique que le ministère prévoit une superclinique pour 40 000 à 70 000 personnes, donc au moins deux pour Trois-Rivières.

«Par conséquent, avant de statuer sur l'emplacement, il faudrait commencer par savoir ce qu'il y aura dans ces supercliniques. Et c'est ce que le ministre et le ministère sont en train de terminer. [...] Même si le CIUSSS fait une liste de Noël, ça ne veut pas direque parce qu'il souhaite qu'elle se fasse à tel coin de rue que ça va marcher.»

On affirme de plus au cabinet du ministre de la Santé que le CIUSSS n'est pas impliqué dans les projets de supercliniques. «Ce n'est pas les CIUSSS qui vont partir les projets», note Mme Beauvais. «Le CIUSSS s'avance beaucoupà faire des commentaires, parce qu'il n'est pas impliqué dans le processus.»

Les GMFR réuniront plusieurs services médicaux sous le même toit. Il y sera possible de consulter un médecin, mais aussi de faire des prises de sang, des radiographies, des échographies et dans certains cas consulter des spécialistes. «Toutes les priorités 4 ou 5, les gens qui n'ont pas vraiment leur place à l'urgence, iront dans les superclinique», souligne l'attachée de presse du ministre dela Santé en précisant que les cliniques seront établies dans les secteurs de la ville où il y a des besoins.

«M. Barrette l'avait déjà dit, Cloutier-du-Rivage est un milieu où ça serait approprié d'avoir une superclinique. Et pour des médecins, tout est là. Il semble que ça pourrait être assez attrayant. [...]C'est plus simple avec ces infrastructures existantes que de partir à zéro.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer