Mékinac veut conserver son CLD

Patrick Baril, directeur général du CLD Mékinac... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Patrick Baril, directeur général du CLD Mékinac

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Le Nouvelliste) Le sort du Centre local de développement (CLD) Mékinac est entre les mains du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT). Celui-ci doit approuver le protocole d'entente qui scellerait l'avenir du CLD pour les deux prochaines années.

Le conseil des maires de la MRC Mékinac a adopté plus tôt cette année une résolution afin de conserver le CLD jusqu'au 31 décembre 2017. «Un protocole d'entente entre les maires et les administrateurs du CLD a été envoyé à Québec. Lorsque le ministère l'aura approuvé, le conseil d'administration devra l'entériner», explique Patrick Baril, directeur général du CLD Mékinac, qui s'attend à avoir la réponse avant la période des Fêtes.

Le conseil d'administration devrait selon toutes vraisemblables approuver le protocole d'entente, note Patrick Baril. Surtout que les maires de la MRC ont formulé le souhait de conserver cet outil de développement économique.

L'entente qui maintiendra le CLD en fonction devra par la suite être renouvelée au deux ou trois ans, selon l'échéancier choisi. «Pour la première fois, nous avons décidé d'y aller avec une entente jusqu'en 2017. Le nouveau conseil des maires, qui arrivera en place après les élections de 2017, décidera s'il veut mandater le CLD pour s'occuper du développement économique», indique M. Baril. «Ça va être à revoir et négocier à chaque entente.»

À la suite des compressions imposées aux CLD par Québec, plusieurs d'entre eux ont fermé leurs portes ou ont été rapatrié sous la responsabilité de municipalités ou de MRC. Dans la région, seuls le CLD Mékinac ainsi qu'Innovation et Développement économique (IDE) Trois-Rivières conservent leur identité.

Les budgets du CLD Mékinac ne sont plus ce qu'ils étaient avant les compressions. Ceux-ci ont été amputés d'environ 50 %, passant de près de 750 000 $ à 350 000 $. Ces compressions se sont notamment traduites par l'abolition de trois postes.

«Des projets ont écopé par la bande. [...] On se demande si nous conservons le bureau d'accueil touristique. Il y a des chances que ce projet soit terminé parce que nous n'avons pas les moyens», soutient M. Baril.

La MRC de Nicolet-Yamaska a adopté son budget 2016

Après une année de transition, la MRC de Nicolet-Yamaska a adopté un budget de 2,8 millions de dollars pour 2016. Mais dès le 31 décembre 2015, ce sera la fin de l'entente de délégation de gestion au CLD dont la dissolution ne sera ensuite qu'une question de temps

La mise en place d'une «nouvelle gouvernance régionale» a conduit notamment à l'octroi de nouveaux pouvoirs aux MRC en matière de développement économique et régional, ainsi qu'à la mise en oeuvre d'un nouveau fonds de développement des territoires.

«Ce nouveau cadre s'étant mis en place progressivement tout au long de la dernière année, des efforts importants ont été déployés afin d'assurer cette transition au sein de la MRC de Nicolet-Yamaska», explique le directeur général, Michel Côté.

Pour les douze prochains mois, trois grandes priorités sont liées aux prévisions budgétaires: optimisation des services administratifs, amélioration continue de la prestation de l'offre de services techniques aux municipalités et déploiement d'une offre actualisée de services en matière de développement économique et territorial.

Un soutien professionnel sera offert aux entreprises du secteur de l'industrie et du commerce par les conseillers en développement économique de la MRC. Ce soutien comprendra des services d'accueil, d'orientation et de référence, un soutien à l'expansion et à la croissance d'entreprises existantes, un accompagnement à la rédaction de plans d'affaires, un accompagnement aux jeunes entreprises (moins de 5 ans), une veille et un soutien aux filiales étrangères présentes sur le territoire.

Pour le secteur touristique, la MRC entend poursuivre son partenariat avec l'Office de tourisme. Celui-ci aura notamment pour mandat d'assurer la promotion des atouts touristiques du territoire et, en étroite collaboration avec les conseillers en développement économique de la MRC, d'accompagner les entreprises touristiques en démarrage et en expansion.

Afin d'appuyer la mise en oeuvre des grandes orientations, le budget proposé pour l'année 2016 s'élève à 2 765 744 $. Bien que présentant une baisse par rapport au budget de l'an dernier (celle-ci s'expliquant principalement par les coûts importants qui furent associés à la rénovation et à l'agrandissement du centre administratif en 2015), le budget 2016 propose néanmoins une augmentation de 1,32 % des quotes-parts (20 787 $), comparativement à 5 % (74 809 $) en 2015 et à 16,6 % (173 808 $) en 2014.

La richesse foncière uniformisée s'élève en 2015 à 2 599 026 013 $, en augmentation de 6,7 % par rapport à 2014. «Cette croissance découle de l'augmentation de la valeur des propriétés sur notre territoire et, dans une certaine mesure, des nouvelles constructions et rénovations», souligne M. Côté.

Toutefois, le taux de taxation est légèrement à la baisse de 0,32 % étant donné la croissance plus importante de la richesse foncière uniformisée comparativement à la hausse de la quote-part générale qui, elle, reste modérée. «Il est à noter que le présent budget ne comporte aucune appropriation de surplus de la MRC», précise-t-il.

Finalement, les travaux de rénovation et d'agrandissement du centre administratif de la MRC ont été complétés au début de l'été 2015, entraînant un accroissement des coûts de conciergerie et d'entretien.

«La MRC loue actuellement des espaces de bureau, permettant ainsi de collecter des loyers. Les espaces encore disponibles permettraient d'accueillir d'autres organismes afin, d'une part, de rentabiliser au maximum les investissements réalisés et, d'autre part, de favoriser une plus grande synergie avec nos partenaires», conclut M. Côté.

Partager

À lire aussi

  • Mékinac veut conserver son CLD

    Actualités

    Mékinac veut conserver son CLD

    Le sort du Centre local de développement (CLD) Mékinac est entre les mains du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire... »

  • Une page se tourne au CLD de Shawinigan

    Économie

    Une page se tourne au CLD de Shawinigan

    Le chemin de croix du Centre local de développement de Shawinigan est maintenant terminé. Après avoir dû réduire son personnel au printemps en raison... »

  • Économie

    Nicolet-Yamaska: vers la dissolution du CLD

    Après une année de transition, la MRC de Nicolet-Yamaska a adopté un budget de 2,8 millions de dollars pour 2016. Mais dès le 31 décembre 2015, ce... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer