Léger surplus budgétaire à Saint-Tite

André Léveillé... (Émilie O'Connor)

Agrandir

André Léveillé

Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Tite) Le maire de Saint-Tite a présenté récemment son rapport sur la situation financière de la municipalité. André Léveillé affirme que les finances de la Ville se portent bien, malgré les défis engendrés par les compressions imposées par le nouveau pacte fiscal.

«Devant les nombreux défis et responsabilités qui incombent aux municipalités et aux élus avec le nouveau pacte fiscal, nous devons évaluer ainsi qu'ajuster tous les départements de services aux citoyens et d'amélioration locale pour bien servir les familles et les aînés avec des projets structurants dans une stratégie misant sur le développement durable et les nouvelles technologies», a affirmé dans son rapport le maire en soulignant qu'il est essentiel de promouvoir les atouts de la communauté entrepreneuriale en essor dans la MRC de Mékinac.

En 2014, la Ville de Saint-Tite a enregistré un excédent de 284 845 $, alors qu'elle a réalisé des investissements de 887 288 $ financés principalement par l'affectation de surplus antécédents ou des emprunts.

La dette municipale se chiffre désormais à 2,8 millions $, soit 738 $ par citoyen.

L'année 2015 ne devrait pas être si différente pour les finances de la Ville de Saint-Tite.

Au 31 octobre dernier, les charges de la municipalité s'élevaient à 4,94 millions $ alors que les revenus étaient de 5,27 millions $, ce qui laisse entrevoir un surplus comparable à celui de l'année précédente.

Un nouveau rôle triennal d'immobilisation qui entrera en vigueur en 2016 a été déposé à Saint-Tite le 31 octobre dernier. Celui-ci indique que la valeur du parc immobilier imposable s'est accrue de 7,76 % depuis l'exercice précédent, s'établissant maintenant à 322 millions $.

Le maire a également abordé dans son rapport le projet de mise aux normes sur la qualité de l'eau potable, en affirmait que celui-ci avait avancé plus lentement que prévu. En 2014, le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) a autorisé l'analyse du projet pour y effectuer des modifications qui permettront des économies. Par la suite, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a demandé à la Ville «de se conformer à de nouvelles exigences» concernant l'habitat des poissons.

Malgré tout, le processus d'appels d'offres pour la construction de l'usine de filtration de l'eau potable suit son cours. André Léveillé a réitéré dans son rapport que ce projet est toujours une priorité.

Le maire de Saint-Tite a également abordé le sujet des agressions survenues lors du dernier Festival western.

«Nous déplorons les quelques gestes isolés survenus pendant la 48e édition. Comme tous les événements importants se tenant au Québec, nous sommes susceptibles de faire face à certaines contraintes imprévisibles que nous nous efforçons de régulariser», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer