Despins laisse tomber l'appel

Le terrain de l'ancienne église Saint-Philippe n'appartiendra plus... (François Gervais)

Agrandir

Le terrain de l'ancienne église Saint-Philippe n'appartiendra plus à Denis Despins d'ici quelques jours.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Denis Despins jette l'éponge en ce qui a trait au terrain de l'ancienne église Saint-Philippe. Après avoir assuré qu'il porterait en appel le dernier verdict de la Cour supérieure, l'homme d'affaires change d'idée, car il se dit déçu du travail effectué par son avocat. Le terrain deviendra la propriété de la Ville de Trois-Rivières mardi.

La Cour supérieure a annoncé mardi que le verdict rendu le 16 novembre par la juge Danielle Blondin sera appliqué tel quel. Étant donné que Denis Despins n'a pas respecté la totalité des conditions imposées par la Cour supérieure, il doit remettre son terrain à la Ville de Trois-Rivières qui avait intenté un recours en prise de paiement pour les travaux de démolition effectués au début de 2015.

«Je ne vais pas en appel, car Me Veillette (Maxim) n'a pas été à la hauteur. Il n'a pas travaillé à ma façon. J'ai un grand manque de confiance envers lui et il est trop tard pour trouver un avocat à la dernière minute. Je n'ai plus de temps pour prendre un avocat», raconte M. Despins.

Ce dernier est particulièrement critique envers Me Veillette à propos d'un avis envoyé par la Ville de Trois-Rivières concernant les travaux menés par la compagnie CFG Construction le 19 novembre. La Ville a toujours affirmé avoir informé Me Veillette le 16 novembre en vue de ces travaux à être effectués trois jours plus tard.

«La Ville a raison: les documents ont été envoyés le 16. Mais j'ai été mis au courant le 23 au matin, par mon avocat. J'aurais eu une semaine pour me virer de bord», confie M. Despins, en faisant allusion au délai de deux semaines accordé par la Cour supérieure qui prenait fin le 24 novembre pour entre autres réaliser une expertise du terrain et déposer 25 000 $.

À ce sujet, Me Veillette avait expliqué mardi après-midi qu'il croyait que cette communication acheminée par la Ville le 16 novembre annonçait la réalisation de travaux d'expertise par la Ville, et non pas le retrait du béton et la remise en état du terrain.

Une vente à suivre

Maintenant qu'il a pris cette décision, Denis Despins sera un spectateur attentif du processus entourant la vente de ce terrain par la Ville de Trois-Rivières. Convaincu que ce dossier intéressera les citoyens de la région, il souhaite que la Ville soit capable de récolter le maximum d'argent qui servira à défrayer les coûts de démolition.

«Si je ne vais plus en appel, c'est aussi parce que j'ai toujours dit que les citoyens n'ont pas à payer pour ça. Je pense que la Ville peut aller chercher entre 200 000 $ et 225 000 $. Avec les 155 000 $ provenant du notaire (placé en fidéicommis à la suite de l'entente signée avec la fabrique Immaculée-Conception), ça ferait toujours bien au moins 355 000 $.»

Selon Denis Despins, son groupe d'investisseurs de Québec est toujours intéressé à développer un projet domiciliaire à cet endroit.

Lévesque satisfait

Même s'il pense toujours que l'idéal aurait été que la démolition soit effectuée par Excavation Ovila Despins, comme il était convenu dans le contrat signé en novembre 2010, Yves Lévesque se dit heureux d'enfin pouvoir fermer ce dossier qui traîne depuis cinq ans.

«On a dû prendre des actions à la Ville pour des raisons de sécurité. On n'a pas eu le choix. Maintenant, on a récupéré l'argent placé en fidéicommis. M. Despins aurait pu garder le terrain en payant les coûts de démolition. Malheureusement, il ne l'a pas fait. On récupère le terrain et on va travailler pour amener un projet. Le but est de redonner vie à ce terrain.»

La Ville va mettre le terrain en vente aussitôt que l'aspect légal du dossier sera classé. La vente se fera quelque part en 2016. Yves Lévesque n'écarte pas la possibilité de vendre le terrain pour permettre la réalisation d'un projet autre que domiciliaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer