Réfugiés syriens: Trois-Rivières doit encore attendre

Un camp de réfugiés au Liban.... (La Presse)

Agrandir

Un camp de réfugiés au Liban.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La communauté trifluvienne devra attendre au moins une journée supplémentaire avant de connaître les détails de la répartition des réfugiés syriens. Alors que les yeux étaient tournés vers Ottawa mardi, où le gouvernement fédéral dévoilait finalement son plan d'accueil des réfugiés syriens, Québec a annoncé que les détails concernant son propre territoire seront plutôt connus ce mercredi.

Les ministres fédéraux n'ont pas précisé tous les détails du plan d'accueil mardi, laissant encore planer l'incertitude au-dessus de nombreux maires et des organismes responsables de l'accueil des réfugiés syriens. Lors du point de presse mardi, le ministre intérimaire de la Sécurité publique, Pierre Moreau, a toutefois confirmé que le plan québécois d'accueil des réfugiés syriens allait être présenté mercredi.

C'est donc à ce moment que les villes devraient connaître le nombre de personnes qu'elles devront accueillir. Le ministre Moreau n'a par contre pas voulu commenter la décision d'Ottawa de repousser la date butoir de deux mois pour accueillir 25 000 réfugiés.  

Le député fédéral libéral de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, indique toutefois que la liste des villes qui accueilleront des réfugiés est évolutive. Il estime que les communautés qui ont manifesté leur désir d'accueillir des réfugiés syriens, comme Trois-Rivières, pourront le faire. «J'ai discuté avec le Service d'accueil des nouveaux arrivants (SANA) de Trois-Rivières et je peux dire qu'ils sont prêts», a affirmé le député libéral.   

Le SANA est d'ailleurs actif depuis plusieurs semaines afin de préparer l'accueil possible de réfugiés. Déjà, l'équipe de l'organisme a constitué une banque composée d'une centaine de bénévoles intéressés à aider les réfugiés dans leur intégration. De plus, une liste d'une soixantaine d'appartement aurait été dressée par le SANA afin de faciliter la recherche de logis. 

Le SANA travaille de concert avec le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), la Commission scolaire du Chemin-du-Roy ainsi que la Ville de Trois-Rivières.

Rappelons qu'outre Québec et Montréal, les villes de Gatineau, Laval, Longueuil, Sherbrooke, Brossard, Drummondville, Granby, Joliette, Saint-Hyacinthe, Saint-Jérôme et Victoriaville ainsi que Trois-Rivières devraient accueillir des réfugiés. 

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, croit bien que Trois-Rivières va accueillir des réfugiés, mais il croit que leur nombre sera moins grand que ce qui était envisagé. «On parlait de 200 il y a quelques temps, mais on devrait plutôt en accueillir bien moins qu'une centaine», estime-t-il. 

Le premier magistrat de la cité de Laviolette se base en partie sur les détails dévoilés par la ville de Longueuil mardi après-midi. Cette ville avec une population près de deux fois plus grosse que celle de Trois-Rivières devrait accueillir 55 réfugiés syriens en 2015 et 75 en 2016.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer