La réaction de Martin Coiteux critiquée

Claire Montour, présidente de la FSQ-CSQ, Louise Chabot,... (Olivier Croteau)

Agrandir

Claire Montour, présidente de la FSQ-CSQ, Louise Chabot, présidente de la CSQ, et Andrée Guillemette, présidente du SIIIACQ-CSQ, ont rencontré les médias jeudi matin.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Selon des représentants syndicaux du Front commun, Martin Coiteux se doit d'analyser la contre-proposition déposée par la partie syndicale avant de dire que les deux parties se retrouvent «à des années-lumière» d'une entente.

Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), n'en revient pas que le président du Conseil du trésor rejette aussi rapidement la contre-offre déposée mercredi par les syndicats.

«Il a réagi trop vite et trop fort. Le ton est trop dur par rapport à ce qui se passe en négociation. Le milieu syndical fait une contre-offre, suspend les trois jours de grève (prévues en début décembre). Il doit l'analyser, sinon, on évaluera la suite des choses», raconte Mme Chabot, qui a rencontré la presse trifluvienne jeudi matin en marge de l'assemblée générale semi-annuelle d'une cinquantaine de déléguées et délégués du Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires du Coeur-du-Québec.

Cette contre-proposition syndicale, qui prévoit une baisse des demandes salariales, vise à donner un nouveau souffle à la négociation. Louise Chabot rappelle que le front commun a toujours le désir de signer une convention collective négociée et satisfaisante.

«C'est un signal fort qui vient de près d'un demi-million de personnes, estime-t-elle. Le signal demeure important et la balle est dans le camp du gouvernement. Martin Coiteux doit faire preuve d'ouverture, d'écoute et de grand respect. On a encore de l'espace pour arriver à se comprendre. On a fait un bon bout de chemin, on veut que le gouvernement se mette en mode négociation. On envoie le message que le gouvernement a de l'espace pour ajouter à ses offres.»

La réaction de Martin Coiteux a aussi causé des vagues au sein des enseignants. Selon Claudia Cousin, les commentaires du président du Conseil du trésor sont un peu insultants.

«M. Coiteux démontre du mépris envers les 400 000 syndiqués du secteur public. Notre contre-proposition est respectable. Une hausse de 2,5 % par année, ce n'est pas exagéré. On a fait un travail sérieux et il ne prend pas le temps de regarder la contre-proposition. Analyser la contre-proposition, ça aurait été la moindre des choses. Il dit qu'il veut négocier, mais il nous offre toujours la même chose. Ce n'est pas de la négociation», dénonce la présidente du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges (FSE-CSQ).

Jean Fournier croit lui aussi que Martin Coiteux a réagi très rapidement au dépôt de la contre-proposition syndicale. Le président du Syndicat des professeurs du Cégep de Trois-Rivières croit toutefois que la prudence est de mise face aux déclarations du président du Conseil du trésor.

«Il faut analyser la situation dans un contexte plus large. Quand un président du Conseil du trésor prend la parole comme ça, il a une intention: nous affaiblir, fragmenter le front commun, rallier la population. Ce sont des hypothèses que je soumets. Mais la situation ne m'inquiète pas beaucoup à cette étape-ci, au sens où les dialogues se poursuivent. Restons calmes, laissons retomber la poussière. Ce qui est important, c'est que le travail se poursuive à la table des négociations», recommande M. Fournier, qualifiant de «réalistes» les demandes révisées des employés du Front commun.

Pour ce qui est du risque de se faire imposer une loi spéciale par le gouvernement, Jean Fournier estime qu'il n'y a rien dans le discours patronal qui laisse présager cela à court terme. Selon Louise Chabot, le gouvernement ne serait pas légitimé d'avancer une telle mesure actuellement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer