Les étudiants français se rassemblent à l'UQTR

Environ 200 personnes ont participé à un rassemblement... (PHOTO: OLIVIER CROTEAU)

Agrandir

Environ 200 personnes ont participé à un rassemblement organisé par l'Association française des étudiants trifluviens à l'entrée du pavillon Ringuet de l'Université du Québec à Trois-Rivières mardi après-midi.

PHOTO: OLIVIER CROTEAU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les étudiants français inscrits à l'Université du Québec à Trois-Rivières ont tenu à exprimer leur solidarité envers leurs compatriotes qui ont subi l'horreur du terrorisme vendredi dernier à Paris. L'Association française des étudiants trifluviens (AFET) a organisé mardi après-midi un rassemblement où quelques discours ont été prononcés, des bougies allumées, une minute de silence observée et l'hymne national français entonné.

Le député de Saint-Maurice-Champlain François-Philippe Champagne et celui de Trois-Rivières Robert Aubin étaient présents au rendez-vous qui a réuni environ 200 personnes devant le pavillon Ringuet. Le conseiller municipal de Trois-Rivières Daniel Cournoyer, des membres de la direction de l'UQTR et des représentants de l'Association Québec-France Mauricie-Coeur-du-Québec se sont également joints à la cérémonie.

Le recteur intérimaire de l'UQTR, André G. Roy, a pris la parole en premier pour transmettre ses condoléances aux familles touchées, au nom de toute la communauté universitaire. «Je veux également assurer à tous les ressortissants français, étudiants ou employés à l'UQTR, que l'Université met tout en oeuvre pour fournir le soutien dont vous auriez besoin». Trois cent quarante-quatre Français sont inscrits à l'UQTR cette session-ci.

«C'est vrai que ce genre d'attaque se passe aussi dans plusieurs pays, nous en sommes conscients. Mais vendredi, c'est la France qui a été touchée», a par la suite lancé Martin Groguhe, un membre de l'AFET qui a présenté avec sa condisciple Anysia Berembou la nature du regroupement d'abord créé pour rassembler la communauté française dans des activités sociales et plutôt festives. Mardi, c'étaient davantage le sentiment d'appartenance et le besoin de partage qui émanaient de l'activité du groupe.

Un autre étudiant français, Lucas Sonnac, s'est adressé à la foule pour lancer un appel à l'unité. Il a invité les gens «à ne pas tomber dans la haine ni dans l'amalgame» et a souhaité «courage à nos amis musulmans qui subissent ces amalgames». «Restons unis. Ne tombez pas dans la haine, parce que c'est ce que veulent les terroristes», a-t-il plaidé.

De son côté, le député libéral de Saint-Maurice- Champlain, François-Philippe Champagne, a indiqué qu'il allait transmettre une photo de l'événement à l'ambassade de la France à Ottawa pour démontrer que le soutien au pays meurtri par les attentats ne se manifeste pas que dans les grandes métropoles. «Toutes les régions du Québec, tout le monde veut témoigner sa solidarité. Ce aussi sont nos valeurs, notre démocratie, nos façons de vivre qui ont été attaquées», a-t-il dit.

Le député néodémocrate de Trois-Rivières Robert Aubin souhaitait être au rassemblement organisé par les étudiants. Il a résumé sa réflexion par une pensée empreinte d'une certaine poésie: «Au moment où des gens détruisent des vies, la jeunesse reconstruit des ponts.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer