Le recours aux banques alimentaires frôle des niveaux records

Les demandes d'aide alimentaire mensuelles sont passées de... (Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les demandes d'aide alimentaire mensuelles sont passées de 16 123 en 2014 à 18 794 en 2015 chez Moisson Mauricie - Centre-du-Québec.

Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne, Marie-Eve Lafontaine
Le Nouvelliste

Une étude nationale divulguée mardi conclut que le recours aux banques alimentaires s'est accru pour la deuxième année d'affilée au Canada et qu'il continue de frôler des niveaux records. Moisson Mauricie - Centre-du-Québec est aux premières loges pour constater que de plus en plus de personnes n'ont pas les moyens de combler leur faim. Les demandes d'aide alimentaire mensuelles à cet organisme sont passées de 16 123 en 2014 à 18 794 en 2015.

Jean-Guy Doucet... (Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Jean-Guy Doucet

Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Dans un mois typique, les organismes desservis par Moisson Mauricie - Centre-du- Québec aident donc, chaque mois, 18 794 personnes, dont 5 920 enfants. «C'est une augmentation de 2 671 personnes aidées mensuellement au cours de la dernière année», souligne Jean-Guy Doucet, président du conseil d'administration.

Selon le rapport Bilan-Faim 2015 de l'organisme Banques alimentaires Canada, 852 137 personnes, dont 305 366 enfants, ont eu accès à un tel service en mars de cette année, en hausse de 1,3 pour cent par rapport au même mois en 2014.

Au Québec, la situation est encore plus alarmante, avec une hausse de 4 pour cent en mars 2015 par rapport à l'année précédente.

Ainsi, on constate qu'à l'échelle provinciale, 163 152 personnes, dont 59 311 enfants (36,4 pour cent), ont eu recours à l'aide alimentaire durant ce mois. Fait à noter, 14,3 pour cent des ménages aidés ont été servis pour la première fois.

En termes concrets, cela signifie que l'on a répondu à 1,7 million de demandes d'aide alimentaires d'urgence en un mois au Québec. 

Sans surprise, on y apprend que plusieurs banques alimentaires ont du mal à fournir à la demande et ont manqué de denrées. Conséquemment, un organisme québécois sur deux rapporte avoir donné moins de produits alimentaires et 13,4 pour cent disent avoir été forcés de fermer leurs portes plus tôt ou ne de ne pas ouvrir du tout, faute de denrées.

À plus long terme, l'étude constate que le recours aux banques alimentaires a fait un bond de 26 pour cent depuis 2008, ce qui signifie à l'échelle canadienne que 175 000 personnes de plus demandent de l'aide à chaque mois. 

«Les demandes augmentent sans cesse, mais nous avons toujours un manque de denrées sans compter le manque de fonds pour récolter plus de dons en nourriture. Les enfants et les aînés, parmi les plus vulnérables de la société, sont de ceux qui sont les plus touchés par la faim au Québec. La situation est alarmante et nous avons besoin de l'aide de tous pour donner à manger à ceux qui ont faim au sein de notre communauté», a mentionné Zakary O. Rhissa, directeur général des Banques alimentaires du Québec.

Katharine Schmidt, directrice générale de Banques alimentaires Canada, signale qu'à court terme, les gens se tournent vers les banques alimentaires en raison de mises à pied, d'une maladie subite ou une augmentation de loyer qui empiète sur le budget alimentaire. À son avis, des millions de Canadiens sont aux prises avec des revenus qui sont nettement inférieurs aux sommes nécessaires pour affronter le coût de la vie de base.

Pour que diminue le recours aux services, Banques alimentaires Canada propose d'investir dans la création de logements abordables; d'aider les Canadiens à acquérir les compétences pour accéder aux emplois bien rémunérés; enfin, d'accroître l'accès à la nourriture traditionnelle et aux aliments achetés en magasin dans le Nord canadien afin de remédier au taux extrêmement élevé d'insécurité alimentaire qu'on y constate.

Banques alimentaires Canada a coordonné l'étude auprès de plus de 4000 programmes alimentaires. Son étude Bilan-Faim, lancée en 1989, est la seule faite chaque année auprès des banques alimentaires et d'autres programmes alimentaires au Canada.

Depuis plus de 25 ans, le réseau des Banques alimentaires du Québec (BAQ) soutient et représente à travers le Québec 19 membres Moisson (banques alimentaires) qui approvisionnent quelque 1 064 organismes communautaires desservant plus de 400 000 personnes qui ont faim au Québec dont près de 150 000 enfants.

Version complète du rapport Bilan-Faim Québec 2015 disponible au: www.banquesalimentaires.org/BilanFaimQc2015

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer