Le grand lavage de 2015

Les humoristes Martin Proulx, à gauche, et Jocelyn... (Philippe-Olivier Contant)

Agrandir

Les humoristes Martin Proulx, à gauche, et Jocelyn Lebeau se lancent dans toute une aventure en proposant une revue de l'année à la façon d'un gros spectacle de variétés avec 2015 dans le tordeur qui sera présenté au Théâtre du cégep de Trois-Rivières le 27 novembre prochain.

Philippe-Olivier Contant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La revue de l'année est une tradition dans le monde du spectacle dont le public ne pourrait pas se priver que ce soit au petit écran ou sur scène. L'apparition de 2015 dans le tordeur avec le duo d'humoristes Jocelyn Lebeau et Martin Proulx est la dernière version en date et le spectacle sera présenté au Théâtre du cégep de Trois-Rivières le 27 novembre.

Ce sont d'ailleurs les Trifluviens qui auront le privilège d'accueillir le tout premier spectacle de cette tournée québécoise qui se déclinera en 18 représentations à travers la province jusqu'au 16 janvier. Un gros contrat tant pour l'importance de la tournée que pour le contenu. Le défi apparaît accentué par le fait que les deux interprètes ne sont pas des stars incontournables du monde de l'humour. Enfin, pas pour tous les publics.

Le duo s'est forgé un public avec des émissions de télévision comme Ça fait un bye sur ICI ARTV et ICI Tou.tv de même que Le 16 heures, une série qui fait un tabac tant à la télévision que sur le web. Ils n'en sont pas à leur première revue eux qui ont présenté 2014 dans le tordeur pour quatre représentations l'an dernier.

Cette fois, ils y vont à fond de train. C'est d'ailleurs depuis la salle de répétition qu'ils ont communiqué avec Le Nouvelliste la semaine dernière. «On a abordé le sprint final, d'indiquer Martin Proulx. On travaille sur les textes depuis septembre, mais là, c'est nettement plus intense. L'avantage d'une revue de l'année, c'est qu'on ne manque évidemment pas de matériel mais on va y travailler jusqu'au tout dernier spectacle parce qu'il se passe constamment des choses dont on n'a pas le choix de parler. Juste l'affaire du déversement des eaux usées, par exemple c'est pas mal incontournable.»

La formule privilégiée a ceci de particulier qu'elle se veut un gros spectacle de variétés avec des numéros musicaux, des musiciens sur scène, des invités en plus des sketches. «On a quasiment droit à un traitement de vedettes rock avec nos musiciens sur scène, Debbie Lynch White comme choriste, alors qu'on n'a tellement rien à voir avec des stars du rock, de rigoler Jocelyn Lebeau. C'est vraiment un gros party qu'on prépare. On a Joël Legendre à la mise en scène et Joël va même venir chanter lors du spectacle à Trois-Rivières. Je vais vous donner un scoop: prévoyez entendre une chanson d'Aladdin.»

«On est bien conscients que c'est ambitieux et un peu casse-gueule comme aventure, mais en même temps, on a compris qu'il nous faut faire notre show à notre manière. On y va avec notre vision de la revue de l'année, avec ce qu'on fait de mieux. Nous ne referons pas ce que les Zapartistes faisaient, ce n'est pas non plus un Bye Bye. Par contre, on couvre très large: de la politique aux variétés, on va chanter, on va danser, il va y avoir des vedettes qui vont être là par vidéo, Joël va chanter, etc. C'est plus qu'une revue de l'année, c'est un gros show.»

«Depuis trois ans, Martin et moi, on baigne dans l'actualité, poursuit Jocelyn. C'est sûr qu'on aime particulièrement les parodies des émissions de télé, c'est quelque chose qu'on adore et qui marche très fort auprès du public. Ici, on ajoute une bonne dose d'humour politique parce que c'est quelque chose qui touche forcément le public et qui donne tellement de matière. Notre but n'est pas de se distinguer des autres à tout prix: nous, quand on a à choisir les numéros du spectacle, la meilleure perruque ou le meilleur numéro l'emporte, tout simplement.»

«C'est un feel good moment qu'on propose aux gens, de compléter Martin. En plus, comme c'est un spectacle de variétés, c'est rodé au quart de tour. On n'a pas le choix. Joël est exigeant parce qu'il connaît tellement ça. Il sait ce qu'il veut et il sait ce qui marche. Et comme il a lui-même marqué l'actualité, c'est comme un boni parce qu'il va faire un numéro sur lui-même. Ça lui tentait, il a le goût de rire de lui-même. C'est d'ailleurs lui qui l'a proposé. Ça va être quelque chose à voir!»

Évidemment, qui dit revue de l'année dit humour décapant. «C'est sûr que c'est un peu grinçant, forcément. Mais disons que c'est grinçant-gentil. Pour nous comme pour le public, c'est thérapeutique de tourner la page sur l'année qui se termine et de passer à autre chose en riant de ceux qui nous ont fait suer.»

Le téléthon sera animé pour une cinquième fois par Frédéric Laflamme, à la barre de l'émission Chez nous le matin à la radio de Radio-Canada Mauricie - Centre-du-Québec. La natif de Trois-Rivières Marc-André Masson, de RDI Matin, le chanteur Maxime Landry et l'animatrice et chroniqueure Johane Despins agiront à tour de rôle comme co-animateurs.

Comme à l'habitude, le plateau du foyer de la salle Thompson sera animé par plusieurs personnes, et en nouveauté pour 2015, l'école secondaire des Pionniers accueillera un autre plateau sur lequel seront partagés des témoignages de gens vivant en situation de pauvreté.

Pour se préparer à son rôle d'animateur du téléthon, Frédéric Laflamme effectue sa partie de recherche. Cette année, il a entre autres répondu à l'invitation de la présidente d'honneur de la campagne, Carole Chevalier, d'aller «rencontrer son monde», au Centre d'action bénévole (CAB) du Rivage qu'elle dirige.

«Chaque année, je vais rencontrer des gens qui, sans paraître à la caméra, me nourrissent. Je pensais que j'avais tout entendu, mais je suis encore ressorti de là les larmes aux yeux», confie M. Laflamme en évoquant sa visite au CAB. L'animateur insiste sur la pertinence de tenir un tel événement en 2015, 57 ans après sa création. «Ce téléthon-là a tristement sa raison d'être», constate-t-il.

Carole Chevalier a pour sa part fait référence aux attentats de Paris de vendredi en prenant la parole. «Depuis vendredi, j'ai trois mots en tête: entraide, partage et solidarité Dans notre petit monde à nous, en Mauricie, comment peut-on faire pour aider nos gens? Le téléthon est un moyen pour améliorer notre monde à nous», a-t-elle soutenu en invitant les gens à éviter les jugements par rapport à leurs concitoyens qui vivent dans la pauvreté.

Comme l'a rappelé le président de l'organisation du Noël du pauvre, Christian Bélisle, le spectacle du téléthon est le seul à l'accès gratuit à la salle Thompson, ce qui permet à des gens moins fortunés de pouvoir en profiter. Il a aussi répété que 92 cents par dollar recueilli au téléthon est remis aux gens pour lequel il existe. Plus de 4600 familles des quatre coins de la Mauricie vivent un plus belle période des fêtes grâce au Noël du pauvre.

Le téléthon sera diffusé sur les ondes de Radio-Canada Mauricie ainsi que sur la plateforme Web ici.radio-canada.ca/mauricie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer