Les employés de l'État veulent continuer leur combat

Environ 1500 personnes ont convergé devant le CHAUR... (photo: François Gervais)

Agrandir

Environ 1500 personnes ont convergé devant le CHAUR du CIUSSS, boulevard du Carmel.

photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les syndicats de la fonction publique espèrent que la démonstration de vendredi saura créer plus d'ouverture du côté du gouvernement. Le Front commun intersyndical, rappelons-le, avait voté six journées de grève. Trois d'entre elles ont été tenues en réaction aux propositions de Québec, jusqu'à maintenant. Les prochaines journées de grève, si les négociations devaient continuer à piétiner, auront lieu les 1, 2 et 3 décembre.

Le Front commun a notamment manifesté devant le... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Le Front commun a notamment manifesté devant le palais de justice de Shawinigan.

François Gervais

Les membres du Syndicat de la fonction publique... (François Gervais) - image 1.1

Agrandir

Les membres du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec n'ont pas laissé la pluie ralentir leurs ardeurs. Avec la permission des forces de l'ordre, près de 200 d'entre eux ont bloqué, hier après-midi, la rue des Forges, face à la Place de la Mauricie à Trois-Rivières, pour y effectuer quelques pas de danse pendant une quinzaine de minutes, question de manifester haut et fort leur détermination.

François Gervais

Vendredi après-midi, d'ailleurs, les membres du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges ont pris un nouveau vote concernant la suite des choses. Ils ont été 940 membres à voter à 84 % en faveur des trois journées de grève restantes. Lors du dernier vote sur la question, ils étaient 775 membres et le résultat avait été de 82 %. Pour la présidente du SEVF, Claudia Cousin, le signal est on ne peut plus clair.

Les syndicats qui ont tenu leur troisième journée de grève, vendredi, assurent qu'ils sont toujours en négociation avec Québec et estiment que les sous-entendus d'une éventuelle loi spéciale pour régler le conflit avec l'État n'ont pas leur raison d'être.

«Le gouvernement ne serait pas du tout légitimé de faire une loi spéciale», a indiqué vendredi au Nouvelliste Louise Chabot, présidente de la CSQ. «On est toujours aux tables de négos. Faire une loi spéciale pourquoi? Parce que les membres ont exercé des journées de grève légales et ont donné tout l'espace à la négo? Ce serait vraiment de la mauvaise foi», dit-elle.

Les leaders syndicaux ont senti l'appui de leurs membres alors que malgré la pluie, environ 1500 manifestants de plusieurs syndicats d'employés de l'État se sont massés, vendredi midi, devant le CHAUR du CIUSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, boulevard du Carmel, précédés d'un gigantesque boulet noir sur lequel étaient rédigés des messages à l'attention du gouvernement Couillard.

«La véritable cible, ce n'est pas la population. Notre cible, c'est le gouvernement du Québec», a déclaré Francine Lévesque, première vice-présidente de la CSN. «La population nous appuie. Les gens klaxonnent», a-t-elle fait valoir en réponse au président du Conseil du Trésor, Martin Coiteaux, qui a récemment accusé les syndicats de «prendre la population en otage».

C'est d'ailleurs dans la plus grande des disciplines que cette foule a occupé le devant de l'hôpital régional tout en laissant une voie d'accès pour permettre la libre circulation des automobilistes dans les deux sens, sur le boulevard du Carmel, ainsi que les accès nécessaires à l'entrée d'ambulances ou d'usagers qui avaient à fréquenter l'établissement vendredi.

Environ une demi-douzaine de véhicules de la Sécurité publique de Trois-Rivières ont encadré la manifestation.

Le CIUSSS a indiqué hier, que l'imposante manifestation s'est déroulée dans le respect et sans anicroche.

Le ministre Coiteux s'est montré irrité face à la nouvelle ronde de grève des 12 et 13 novembre. Il a indiqué que le gouvernement a fait une offre de 1,7 milliard $ aux syndicats, estimant que les moyens de pression actuels n'ont donc pas leur raison d'être.

La présidente du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges, Claudia Cousin, estime que «M. Coiteux est un peu malhonnête dans sa déclaration. Quand il parle d'une offre de 1,7 milliard $, c'est ce que ça lui coûte pour payer aussi les médecins et toutes les autres personnes en dehors du personnel syndiqué du secteur de la santé, des services sociaux et de l'éducation. L'offre qu'il nous a faite est de 1,3 milliard $, mais à l'intérieur du 1,3 milliard $, il nous avait déjà fait une offre de 750 millions $. Alors ce que le gouvernement a rajouté, dans les faits, c'est 550 millions $ qui s'étire dans ce qu'on appelle le dossier des relativités salariales», explique-t-elle.

Louise Chabot, présidente de la CSQ, était à nouveau de passage à Trois-Rivières, vendredi, pour appuyer les troupes. Elle indique que la présence massive des membres sur les lignes de piquetage est une réponse aux dernières offres du ministre Coiteux.

Les syndicats n'ont pas hésité à critiquer le gouvernement Couillard, vendredi, pour avoir choisi cette période de grève pour déposer son projet de loi sur le traitement des députés qui comprend notamment une hausse salariale de 50 000 $, mais une modification importante de leurs conditions de rémunération. Même si, au final, les députés devraient perdre près de 4000 $, les gens retiendront l'augmentation de 50 000 $, estiment les syndicats.

«Il faut être assez maladroit, merci. Les gens reçoivent ça comme un mépris encore plus grand aujourd'hui», indique Claudia Cousin, la présidente du SEVF. «Ce qu'on comprend, c'est que le gouvernement a choisi de ne pas investir dans les services publics. Ça va avoir des répercussions», prévoit-elle.

Louise Chabot n'en peut plus d'entendre M. Coiteux répéter l'expression «la capacité de payer des contribuables». «C'est comme si nous, les travailleurs du secteur public, on n'était pas des contribuables», déplore-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer