La vie de couple influencée par les sites porno?

Par son étude, le professeur Yvan Lussier de... (La Presse)

Agrandir

Par son étude, le professeur Yvan Lussier de l'UQTR veut savoir si l'accès facile à la consommation de produits à caractère sexuel par Internet crée des impacts sur la vie de couple.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Des études révèlent que 26 % des hommes et 17 % des femmes ont visualisé des sites Internet à caractère sexuel au cours de la dernière année. Plus facile d'accès que les petites pièces cachées dans les clubs vidéo et que les revues dites érotiques, le sexe en ligne est à un clic de souris via le téléphone intelligent, la tablette électronique et l'ordinateur.

Le professeur Yvan Lussier... (UQTR) - image 1.0

Agrandir

Le professeur Yvan Lussier

UQTR

Un professeur du Laboratoire de psychologie du couple au département de psychologie de l'UQTR, Yvan Lussier, veut savoir si cet accès facile à la consommation de produits à caractère sexuel crée des impacts.

Le couple, il connaît bien puisqu'il le scrute à la loupe, sous toutes ses facettes, depuis 25 ans.

Après avoir examiné les impacts de Facebook sur le couple, l'an dernier, le professeur Lussier a donc décidé d'étudier la question des sites à caractère sexuel par le biais d'un sondage auquel les participants peuvent répondre en toute discrétion. Jusqu'à présent, 440 personnes ont accepté de partager leur expérience personnelle.

«Il y en a qui vont dire, je regarde telle affaire, ce n'est pas de la pornographie», indique le chercheur. C'est pourquoi l'appellation «sites à caractère sexuel» a été choisie. Les questions du sondage se chargent de mettre en lumière le type de matériel qui est consommé par le répondant, vidéo de domination, de viol ou de contrainte, par exemple, illustre-t-il.

Au final, le professeur Lussier et son équipe veulent savoir si les partenaires sont au courant que l'un d'eux consomme du matériel de ce genre. Est-ce que la personne se sent humiliée à cause de ça? Se sent-elle comparée? «On veut voir comment ça peut affecter le quotidien de la relation», explique le chercheur.

Une des questions du sondage demande aussi comment la personne se sent dans sa vie de couple par rapport à la fréquence d'utilisation de ces sites.

«On dirait que ça n'a pas d'effet négatif sur les gens qui consomment ça en couple. Il y en a qui disent qu'au contraire, ça améliore», constate-t-il d'emblée. Quand ce n'est qu'un des deux, la réaction est peut-être différente, toutefois.

«On essaie de voir s'il y a un lien avec l'insatisfaction sexuelle et relationnelle», explique-t-il.

Le chercheur entend comparer les personnes qui consomment beaucoup de ce genre de matériel et ceux qui affirment n'en avoir jamais consommé ou presque, puis faire le lien avec la satisfaction qu'ils tirent de leur relation de couple.

Bref, l'équipe veut découvrir si le fait de fréquenter des sites à caractère sexuel et la façon de le faire a des effets négatifs ou positifs sur les partenaires.

Le professeur Lussier s'est déjà intéressé au rôle de Facebook dans la relation de couple. «Ce qui m'intéresse», explique-t-il, «c'est de voir comment ces médiums électroniques-là jouent sur la relation. Est-ce que ça amène plus de cyber-infidélité en allant là-dessus?»

Du matériel à caractère sexuel, il y en a depuis des lustres, mais avec Internet, dit-il, «c'est plus facile. Tu peux consommer ça n'importe quand, n'importe où», dit-il. Cela peut-il générer des conflits dans le couple? Voilà la question à élucider.

Les gens de 16 ans et plus désireux de prendre part au sondage du Laboratoire de psychologie du couple peuvent se rendre au http://fluidsurveys.com/s/site_adulte/.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer