Nicolet: pas de hausse supérieure à 2 %

Le maire de Nicolet, Alain Drouin.... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Nicolet, Alain Drouin.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À l'aube du budget 2016, les hauts fonctionnaires de la Ville de Nicolet ont reçu la directive de limiter l'augmentation du compte de taxe de 2 %, pour une maison moyenne, alors que l'impact du service de la dette (capital et intérêts) ne devra pas dépasser 10 % du budget global.

Voilà quelques-unes des informations contenues dans le rapport du maire déposé hier soir en séance publique sur la situation financière de la municipalité.

«En regard des projets de développement pour l'année 2016, je vous rappelle que c'est en tenant compte de la capacité de payer des contribuables que les choix du conseil municipal seront faits», a prévenu Alain Drouin.

Son directeur général, Pierre Genest, a toutefois avoué que le dépôt d'un nouveau rôle d'évaluation représente toujours un casse-tête financier.

Par exemple, pour les immeubles imposables, la valeur a augmenté de 15,6 %, en moyenne, tandis que pour les immeubles non imposables, la hausse n'est que de 5,9 %. «Il y a quelqu'un qui est avantagé, et c'est l'État», a déploré le premier magistrat, alors que M. Genest constate «un transfert fiscal vers les imposables».

Celui-ci a néanmoins précisé que le taux de la taxation sera pondéré alors que les nouvelles évaluations varient selon les secteurs de la ville et les catégories d'immeubles imposables.

Malgré les importantes dépenses d'investissement réalisées au cours des dernières années, la Ville continuera de maintenir ces dernières à un certain niveau. Il faut dire que le programme triennal d'immobilisations 2015-2016-2017 totalisait la somme de 30 425 500 $.

«En début de 2016, nous allons finaliser la construction de la bibliothèque municipale et la réfection de l'hôtel de ville», a-t-il annoncé.

D'autres projets majeurs pourraient être réalisés au cours de la prochaine année, comme l'achat de compteurs d'eau à onde radio (80 % seront remplacés d'ici huit ans) et la construction de l'entrepôt du Service des travaux publics. Les détails sur l'ensemble de ces projets à venir seront dévoilés lors de l'adoption du budget prévue le 14 décembre prochain, à 19 h.

En ce qui a trait au plan d'action de la planification stratégique, la Ville de Nicolet s'est donné la mission de favoriser, consolider et améliorer «la qualité de vie exceptionnelle de ses citoyens», se plaît à dire le maire Drouin.

«Dans cet objectif, les principales orientations retenues pour l'année 2016 sont de protéger et développer nos acquis, promouvoir et communiquer avec nos citoyens, promouvoir et maintenir la performance interne, attirer et retenir», s'est-il plu à énumérer.

Parmi les faits saillants des états financiers de la Ville de Nicolet pour la période budgétaire se terminant le 31 décembre 2014, on note un excédent de fonctionnement non consolidé de 1 232 034 $, à partir duquel une somme de 696 000 $ a été transférée au budget 2015. L'excédent de fonctionnement non affecté est de 1 953 911 $ tandis que l'excédent de fonctionnement affecté est de 923 036 $.

Toujours au 31 décembre 2014, la dette à long terme non consolidée s'élevait à 9 522 409 $, «pas un ratio très élevé», précisera le maire, alors que le taux global de la taxation pour la Ville représentait 1,3753 $ par 100 $ d'évaluation.

Par ailleurs, l'investissement dans les immobilisations pour l'année 2014 était de 1 440 951 $, ce qui comprenait, entre autres, le boulevard Louis-Fréchette (271 626 $), la réfection et le pavage de diverses rues (308 774 $), la réfection de la conduite dans la rue Saint-Jean-Baptiste (282 354 $), divers travaux d'aqueduc et d'égout (73 311 $) et l'aménagement du parc Henri-Paul Ricard (48 521 $).

On a aussi appris que la rémunération du maire se chiffre à 39 239 $ et son allocation de dépenses, à 15 976 $ tandis que celle des conseillers s'élève à 9203 $ et leur allocation, à 4601 $ par année. Pour le maire suppléant s'ajoute une rémunération de 3563 $ et une allocation de dépenses à 1781 $ à la rémunération du conseiller.

Finalement, le conseiller représentant la Ville reçoit une rémunération de 174,20 $ par rencontre du conseil des maires et de plus, il reçoit une rémunération de 102 $ pour toute rencontre où il est appelé à siéger au sein d'un comité.

Pour l'année 2015, l'équilibre budgétaire semble assuré. «Mais étant donné qu'il reste encore plusieurs semaines avant de terminer la présente année, il est difficile de prédire avec précision les résultats de l'année en cours», conclut Alain Drouin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer