L'avion russe se serait désintégré en plein vol

Le premier ministre égyptien Sherif Ismail  s'est rendu... (AFP, Suliman el-Oteify)

Agrandir

Le premier ministre égyptien Sherif Ismail  s'est rendu sur le lieu de l'écrasement.

AFP, Suliman el-Oteify

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

L'avion russe qui s'est écrasé en Égypte, tuant les 224 personnes à son bord, s'est disloqué alors qu'il se trouvait à haute altitude, dispersant des débris sur un vaste périmètre de la péninsule du Sinaï, a annoncé le directeur de l'agence fédérale russe de l'aviation, dimanche.

L'écrasement de l'Airbus A321-200 appartenant au transporteur russe Metrojet est survenu 23 minutes après que l'appareil, qui se dirigeait vers Saint-Pétersbourg, eut quitté la piste de l'aéroport de Charm el-Cheikh, une ville balnéaire située au bord de la mer Rouge, samedi.

Des experts de l'aviation se sont joints aux secouristes dans une région reculée du Sinaï, à la recherche de tout indice qui pourrait permettre d'expliquer l'écrasement de l'avion, dont les débris se sont éparpillés sur une zone de 16 kilomètres carrés.

En mi-journée, 163 corps avaient été retrouvés, selon le gouvernement égyptien. Certains défunts devaient être rapatriés en Russie plus tard dimanche.

Le président russe Vladimir Poutine a décrété une journée de deuil national et ordonné que les drapeaux soient mis en berne. À Saint-Pétersbourg, des centaines de personnes touchées par le drame ont apporté des fleurs, des photos des victimes, des animaux en peluche et des avions en papier à l'aéroport de la ville. D'autres se sont rendues dans des églises et ont allumé des cierges en mémoire des victimes.

La dispersion des débris indique que l'avion s'est désintégré alors qu'il avait atteint son altitude de croisière, a déclaré Alexander Neradko, de l'agence russe de l'aviation. Il n'a pas voulu s'avancer sur la cause possible de l'écrasement, affirmant que l'enquête était toujours en cours.

Un responsable égyptien a déjà indiqué qu'avant de perdre le contact avec les contrôleurs aériens, le pilote avait envoyé un message radio pour dire que son avion éprouvait des problèmes techniques et qu'il tenterait d'atterrir à l'aéroport le plus proche.

La plupart des accidents d'avion se produisent au début ou à la fin d'un vol, durant le décollage ou l'atterrissage, explique Todd Curtis, ancien ingénieur en sécurité chez Boeing et directeur de la fondation Airsafe.com.

La désintégration d'un avion en vol s'explique généralement par trois causes: un évènement climatique extrême, une collision en vol ou une menace externe, comme une bombe ou un missile. Puisque rien n'indique qu'un de ces facteurs soit en cause dans cet écrasement, les enquêteurs évalueront d'autres hypothèses plus inhabituelles, comme celle d'un incendie ou d'une corrosion à bord de l'appareil qui aurait causé une défaillance structurelle.

Les enregistreurs de vol, qui ont été retrouvés, fourniront une information cruciale pour l'enquête, notamment pour connaître la vitesse de croisière et savoir si le système de pilotage automatique était enclenché.

Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi a prévenu que la cause de la tragédie ne serait peut-être pas connue avant plusieurs mois.

Une filiale locale du groupe armé État islamique a déclaré avoir abattu l'avion, qui s'est écrasé dans la même région du nord du Sinaï où les forces de sécurité égyptiennes combattent des extrémistes depuis des années.

La revendication du groupe, publiée sur les réseaux sociaux, ne fournit aucune preuve soutenant cette allégation. Les extrémistes de la région ne posséderaient pas d'armes pouvant abattre un avion à haute altitude, mais selon des informations publiées à plusieurs reprises dans certains médias, les djihadistes auraient en leur possession des lance-missiles antiaériens capables d'atteindre des avions ou des hélicoptères à basse altitude.

Plusieurs transporteurs aériens internationaux ont décidé de ne plus survoler la région du Sinaï tant que la cause de l'écrasement n'aura pas été éclaircie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer