Église Saint-Philippe: la fabrique et Denis Despins s'entendent

La fabrique Immaculée-Conception a accepté la proposition de... (Stéphane Lessard)

Agrandir

La fabrique Immaculée-Conception a accepté la proposition de Denis Despins. Son entreprise versera les 155 000 $ réclamés dans la saga de l'église Saint-Philippe à la Ville de Trois-Rivières.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'entente à l'amiable survenue entre la fabrique Immaculée-Conception et Excavation Oliva Despins dans la saga de l'église Saint-Philippe a évité la tenue d'un procès devant la Cour supérieure, jeudi matin. Mais il est possible que Denis Despins utilise lui aussi la voie des tribunaux pour intenter des actions contre d'autres joueurs impliqués dans cette histoire.

L'église Saint-Philippe pendant sa démolition.... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

L'église Saint-Philippe pendant sa démolition.

François Gervais

La fabrique et M. Despins ont trouvé un terrain d'entente dans le litige qui les opposait. La fabrique a accepté la proposition du président d'Excavation Ovila Despins qui versera les 155 000 $ réclamés par l'organisation religieuse non pas dans les coffres de cette dernière, mais dans ceux de la Ville de Trois-Rivières.

La fabrique avait intenté une poursuite contre l'entreprise de Denis Despins pour non-respect du contrat les unissant. L'organisation religieuse voulait récupérer une partie de l'argent qu'elle avait versé en fidéicommis pour le contrat de démolition de l'église Saint-Philippe.

Les deux parties devaient amorcer un procès jeudi matin au palais de justice de Trois-Rivières.

Me Jean-Éric Guindon a plutôt déclaré au juge Bernard Godbout que la requête déposée en Cour supérieure avait finalement abouti à un règlement à l'amiable.

«Pour nous, le dossier est fini. On est content. L'argent devait aller à la partie qui a démoli l'église», commente Me Guindon, avocat représentant la fabrique.

La démolition a été réalisée par une entreprise autre que celle de Denis Despins, sous l'initiative de la Ville de Trois-Rivières qui a ramassé la facture de quelque 460 000 $. L'homme d'affaires demeure convaincu de la logique de sa proposition.

«L'argent revient à la Ville, parce que c'est de l'argent public qui a payé pour la démolition. Les citoyens n'ont pas à payer. Olymbec n'a jamais déposé l'argent.»

M. Despins soutient toujours que le géant immobilier n'a pas respecté sa partie de contrat dans l'entente l'unissant à Excavation Ovila Despins et la fabrique. Mais il est satisfait de la tournure des événements avec la fabrique.

«Me Guindon a fait preuve d'ouverture et de compréhension. On a été capable de se serrer la main. Si Olymbec dépose l'argent comme prévu, la démolition aurait été faite par la compagnie Ampro en octobre 2012. Pour moi, l'entente est une bonne petite étape. J'ai gagné la première période et j'ai confiance que je vais gagner les deux autres. Des actions pourraient être possible», laisse entendre M. Despins.

«Il y a des projets dans l'air», se limite à dire Me Maxim Veillette, l'avocat de Denis Despins.

Ce dernier précise que l'argent sera transféré à la Ville de Trois-Rivières au cours des prochains jours.

Yvan Toutant... (Émilie O'Connor) - image 2.0

Agrandir

Yvan Toutant

Émilie O'Connor

En Cour supérieure le 10 novembre

Denis Despins n'est pas encore au bout de ses peines dans le dossier de l'église Saint-Philippe.

Après avoir obtenu en septembre 2014 le droit de faire démolir l'église par une autre compagnie, la Ville de Trois-Rivières retournera devant la Cour supérieure le 10 novembre afin de demander au tribunal le pouvoir d'être payée pour la démolition.

Il y a un peu plus d'un an, la juge Johanne April ordonnait à Excavation Ovila Despins de démolir la bâtisse dans un délai de 30 jours. Étant donné que l'entreprise n'a pas respecté cette ordonnance, la juge accordait à Trois-Rivières le pouvoir de faire démolir l'église et d'envoyer la facture des travaux à la compagnie de Denis Despins.

Un an plus tard, la Ville de Trois-Rivières affirme qu'aucune somme d'argent n'a été reçue de la part d'Excavation Ovila Despins concernant ce dossier. La Ville sait cependant qu'elle encaissera sous peu quelque 155 000 $ provenant du règlement à l'amiable entre la fabrique Immaculée-Conception et Excavation Ovila Despins.

«C'est une bonne nouvelle. Ça va diminuer un peu la fardeau. Mais on n'est pas rendu au bout du processus: Denis Despins doit 24 863 $ en taxes municipales impayées, en date d'aujourd'hui (jeudi). Quand on additionne les coûts de démolition, il reste encore environ 330 000 $ à aller chercher», signale Yvan Toutant, le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

Selon M. Toutant, M. Despins n'a payé aucune taxe municipale depuis presque trois ans. Son dossier est d'ailleurs inscrit à la liste des propriétés qui seront vendues... le 10 novembre pour non-paiement de taxes.

«Nous prenons des mesures pour aller chercher l'argent. Un juge pourrait nous accorder le droit de saisir le terrain pour devenir propriétaire. On n'a jamais caché notre intention là-dessus. Ou on récupère les 330 000 $, ou on prend possession du terrain», ajoute M. Toutant.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer