Église Saint-Philippe: la fabrique veut son argent

L'église Saint-Philippe lors de sa démolition.... (Photo: François Gervais)

Agrandir

L'église Saint-Philippe lors de sa démolition.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La fabrique de la paroisse Immaculée-Conception veut reprendre une partie de ses billes dans le dossier de la démolition de l'église Saint-Philippe. Elle réclame d'Excavation Ovila Despins la somme de 135 000 $ plus taxes et intérêts pour ne pas avoir respecté le contrat de démolition signé en novembre 2010. Les deux parties doivent se retrouver en cour les 29 et 30 octobre pour la tenue du procès, à moins que des négociations qui seraient en cours permettent de régler la question autrement que par les tribunaux.

Denis Despins... (Photo: Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

Denis Despins

Photo: Stéphane Lessard

Dans sa requête introductive d'instance en jugement déclaratoire, la fabrique indique avoir déposé en fidéicommis une somme de 335 000 $ en vue de la démolition de l'église Saint-Philippe (235 000 $) et de l'église Saint-François-d'Assise (100 000 $). Le dossier de la deuxième église est réglé depuis longtemps, mais la démolition de l'église du quartier Saint-Philippe a pris des allures de véritable saga.

La requête déposée en Cour supérieure affirme que la compagnie de Denis Despins a négligé de procéder à la démolition complète de l'église Saint-Philippe après avoir amorcé lesdits travaux pour lesquels elle a reçu un premier versement de 100 000 $. La fabrique rappelle qu'en septembre 2014, la Cour supérieure a émis une ordonnance autorisant la Ville de Trois-Rivières à faire démolir la bâtisse. La Ville, qui a le pouvoir de récupérer les frais reliés à la démolition, possède «une créance prioritaire garantie par une hypothèque légale pour les coûts de démolition et de remise en état du terrain». Le coût de la démolition a été de 459 727,54 $.

Or, le contrat signé entre la fabrique, Excavation Ovila Despins et Olymbec prévoit que l'entreprise de Denis Despins doit vendre le terrain à la compagnie immobilière et lui livrer «un bon titre de propriété, libre de tous droits réels et autres charges».

Selon la position de la fabrique, Excavation Ovila Despins ne pourra respecter cette condition, cette dernière ayant fait preuve d'«inaction (...) depuis cinq ans». Voilà pourquoi elle réclame 135 000 $, soit la différence entre le montant de 235 000 $ réservé par la fabrique pour la démolition de l'église Saint-Philippe et un premier versement de 100 000 $ accordé à Excavation Ovila Despins en 2010. Si on additionne les taxes et les intérêts courants, la somme atteignait 155 277 ,15 $ en avril 2014.

Despins propose autre chose

Denis Despins confirme être l'objet d'une poursuite de la part de la fabrique Immaculée-Conception. Le président d'Excavation Ovila Despins croit que la somme réclamée par la fabrique devrait plutôt aller dans les coffres de la Ville de Trois-Rivières.

«La fabrique demande son argent, mais n'a pas à l'avoir, car l'église a été démolie. Moi, je propose de prendre cet argent et de le remettre à la Ville de Trois-Rivières comme un acompte sur le coût des travaux de 460 000 $. La Ville émettrait un reçu à ma compagnie. De cette façon, ça fera 155 000 $ de moins à payer pour les citoyens de Trois-Rivières. C'est sage et honnête de ma part. J'ai toujours dit que les citoyens n'avaient pas à payer pour ça, qu'ils n'avaient pas à payer parce qu'Olymbec n'a pas déposé sa part de 40 000 $ dans le contrat», maintient Denis Despins, à propos de la somme qu'Olymbec n'aurait pas versée.

Un chèque de 155 000 $ réduirait assurément la facture de près de 460 000 $ pour les travaux de démolition, mais il serait insuffisant pour effacer l'ardoise.

«C'est un gros acompte, 155 000 $, c'est pas 10 000! Et on a encore du temps devant nous.»

M. Despins sait que la Ville de Trois-Rivières est en mesure de demander à la justice de saisir le terrain et de le vendre afin de récupérer de l'argent. Le propriétaire d'Excavation Ovila Despins n'a toutefois pas l'intention de laisser aller les choses sans se battre.

«Le terrain m'appartient et il va se brasser d'autre chose. J'ai des projets pour le terrain. Et je ne veux pas qu'Olymbec mette le pied sur le terrain.»

Du côté de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant confirme que l'administration municipale n'a pas encore reçu d'argent de la part d'Excavation Ovila Despins en lien avec la démolition de l'église Saint-Philippe. Selon le porte-parole de la Ville, cette dernière se prépare à faire appel aux tribunaux une fois de plus.

«Notre rôle est de récupérer le plus d'argent possible. On est toujours en attente de passer en cour, car le processus est retardé par la poursuite intentée par la fabrique et on comprend ça. La situation fait en sorte qu'on doit régler ce dossier avant le nôtre. Il faut s'armer de patience. On suit ça avec grand intérêt.»

Le Nouvelliste n'a pu obtenir de commentaires de la part du diocèse de Trois-Rivières

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer