Le secteur public en grève le 28 octobre

Louise Chabot a rencontré les médias vendredi matin.... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Louise Chabot a rencontré les médias vendredi matin.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le mouvement de grève du secteur public s'organise. La journée de débrayage prévue le 28 octobre affectera les secteurs de la santé et de l'éducation avec 18 177 travailleurs en grève en Mauricie et 11 025 au Centre-du-Québec.

Le Front commun des employés du secteur public regroupe différents syndicats ayant tous accordé des mandats de grève à leur exécutif. C'est le cas dans le secteur de l'éducation: les écoles primaires et secondaires, les centres de formation professionnelle, les centres d'éducation aux adultes et les services de garde des Commissions scolaires de l'Énergie, la Riveraine et du Chemin-du-Roy seront fermés le 28 octobre en raison de la grève.

Même chose en santé. Le Syndicat des infirmières, des inhalothérapeutes et des infirmières auxiliaires du Coeur-du-Québec a annoncé vendredi qu'il mise sur un appui de 88 % de ses membres pour déclencher la grève. Celle du 28 octobre sera orchestrée afin d'offrir une qualité de soins en lien avec la loi des services essentiels. Chaque quart de travail sera partagé entre 90 % de temps au travail et 10 % de temps consacré à ce moyen de pression. Les services d'urgence, de soins intensifs et l'unité néonatale seront épargnés par ce mouvement de grève.

«Si le vote a été aussi fort, c'est que nous voulons défendre nos conditions de travail et les services de qualité à tous», déclare Andrée Guillemette, présidente du Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires (SIIIACQ-CSQ), lors d'une rencontre de presse vendredi matin.

Selon le syndicat, les offres patronales entraîneront une précarité d'emploi et un recours au secteur privé. C'est sans compter l'offre salariale, jugée insuffisante.

«On est devant des offres inacceptables, rappelle Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). Le gouvernement demande aux travailleurs du secteur public de s'appauvrir au niveau du salaire et du régime de retraite. Ce n'est pas par hasard que nos membres ont donné un mandat de grève si important.»

La direction de la CSQ se réjouit d'entendre du gouvernement qu'il désire un règlement négocié avec le secteur public. Le mouvement syndical souhaite utiliser le rapport de force obtenu par les forts mandats de grève pour amener le gouvernement à offrir des solutions concrètes visant à signer une entente négociée.

La journée de grève du 28 octobre sera aussi respectée par les travailleurs des centres jeunesse de la région. Le Syndicat des travailleurs et des travailleuses du Centre jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec profite également d'un appui de 88 % de ses membres au mouvement de grève. Ce syndicat affilié à la CSN dénonce l'essoufflement noté auprès de ses membres et déplore que le gouvernement réduise les conditions de travail en voulant imposer des mesures jugées inacceptables.

D'autre part, la grève des employés syndiqués du secteur scolaire ne devrait pas entraver la tenue d'activités récréatives prévues pour la fête de l'Halloween.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer