Difficile de faire voter ses parents non-voyants

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Une électrice de Trois-Rivières, Nicole Gendron, a eu bien du mal à faire voter ses parents non-voyants ce week-end.

Elle estime qu'elle n'a pas eu toute l'aide nécessaire pour qu'ils puissent exercer leur droit fondamental de citoyen.

En entrevue sur les ondes du FM 106,9 Mauricie, la dame a indiqué qu'elle a l'habitude d'aider ses parents à faire la croix sur le bulletin de vote.

Mais ce week-end lors du vote par anticipation, elle n'a pu aider qu'un seul d'entre eux.

Les responsables d'Élections Canada lui ont affirmé qu'elle ne pouvait accompagner dans l'isoloir qu'un de ses parents. Elle a donc dû demander à un inconnu, qui a dû selon les règles être assermenté, d'accompagner son père dans l'isoloir.

«On ne le connaît même pas», a affirmé outrée la dame en entrevue à la station de radio privée.

Nicole Gendron a porté plainte à Élections Canada, estimant qu'elle n'a pas la certitude que le vote de son père a été correctement enregistré.

Du côté d'Élections Canada, on affirme que la règle stipule qu'un citoyen ne peut accompagner qu'une seule personne handicapée, et ce, même s'il s'agit de membres de sa famille immédiate. Lorsqu'il le fait, il doit prêter serment et signer un document afin de conserver la confidentialité du vote de la personne handicapée.

De plus, deux employés d'Élections Canada peuvent aussi accompagner une personne handicapée pour l'aider à exercer son droit de vote. Ceux-ci doivent de plus se plier aux mêmes règles de confidentialité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer