• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > Injonction de Saint-Étienne-des-Grès: «On fait confiance au ministère», dit Goyette 

Injonction de Saint-Étienne-des-Grès: «On fait confiance au ministère», dit Goyette

René Goyette, président de la Régie de gestion... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

René Goyette, président de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Étienne-des-Grès) Le président de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, René Goyette, s'en remet entièrement au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour régler la situation qui prévaut au lieu d'enfouissement technique de Saint-Étienne-des-Grès.

M. Goyette n'a pas voulu commenter le fait que la RGMRM s'apprête, avec l'appui de sa population, à demander une injonction pour faire cesser «l'enfouissement illégal» qui s'y fait actuellement.

«Être non conforme, ce n'est pas être illégal», plaide néanmoins le président Goyette.

Rappelons que la Régie veut modifier la configuration géométrique de ses cellules d'enfouissement existantes au LES de Saint-Étienne afin de pouvoir y enfouir plus de matières et éviter ainsi de faire de nouveaux investissements pour aménager une nouvelle cellule. Ceci permettrait d'économiser 20 millions $.

La Municipalité de Saint-Étienne, rappelons-le, estime que 20 millions $ ne représente que 4 $ par citoyens, ce qui est peu pour justifier les risques que devront encourir les citoyens, notamment une augmentation potentielle des odeurs et du bruit qui pourrait empoisonner leur vie.

«Notre dossier est en analyse par les gens compétents du ministère», plaide René Goyette. «On est confiant d'avoir un bon résultat et après, s'il y a des recommandations que le ministère de l'Environnement veut faire, on va s'ajuster», indique-t-il. «Ce sont des spécialistes, des personnes compétentes. On a confiance que notre dossier est excellent. S'il y a des recommandations, des ajustements qu'ils vont nous demander de faire, on va les faire. On relève du gouvernement directement. Je n'ai pas d'autres intervenants», réplique-t-il.

Le ministère est à étudier ce dossier depuis 1e 18 septembre. «J'ai confiance qu'on aura des réponses ce mois-ci», dit-il.

La municipalité de Saint-Étienne-des-Grès a tenu une soirée d'information, mardi soir, à laquelle quelque 120 citoyens ont pris part. Devant l'appui évident des personnes présentes, le conseil municipal a décidé de donner le mandat à ses procureurs pour demander une injonction. Rappelons que l'opposition officielle s'intéresse à cette situation. Plus de 750 signatures ont été recueillies par le comité de citoyens de la municipalité.

De son côté, le député de Maskinongé, Marc-H. Plante, a indiqué, hier, qu'il a bien entendu les inquiétude des citoyens de Saint-Étienne-des-Grès.

M. Plante rappelle qu'une rencontre a eu lieu entre le ministère, la Régie et la municipalité le 18 septembre dernier et que tout le monde a été invité à se mettre en mode solution.

Le député assure que le ministère travaille activement sur ce dossier et analyse la demande de rehaussement des cellules d'enfouissement de la Régie. Selon lui, les résultats de cette analyse devraient être connus dès cet automne. «On va revenir sous peu avec les conclusions», promet-il. M. Plante promet de partager alors les informations avec les citoyens, la municipalité et la Régie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer