Les pompiers de Saint-Étienne se font entendre

Le maire de la municipalité, Robert Landry, affirme... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de la municipalité, Robert Landry, affirme être ouvert à la négociation. Il rappelle toutefois qu'un arbitre a déjà refusé le taux horaire unique lors de la précédente négociation de la convention collective.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Sans contrat de travail depuis décembre 2013, les pompiers volontaires de Saint-Étienne-des-Grès ont tenu mardi soir une première manifestation avec l'espoir de faire débloquer les négociations avec la municipalité.

«On se dirige vers l'arbitrage. Nous proposons des dates [de négociations], mais c'est toujours non», lance d'emblée Dave Carrier, le président du syndicat des pompiers de Saint-Étienne-des-Grès.

«On irait en arbitrage pour une deuxième négociation de suite. On a réglé une partie, mais ce qu'il reste c'est l'équivalent de 131 $ par pompier par année [augmentations salariales]. Ça va coûter bien plus cher aller en arbitrage.» 

Les syndiqués ont profité de la tenue d'une soirée d'information citoyenne, où près de 120 personnes étaient présentes, pour sensibiliser la population.

La dizaine de pompiers portaient des gilets jaunes où on pouvait lire leur volonté de négocier. Ceux-ci n'ont toutefois pas dérangé l'assemblée. 

Les salaires représentent le principal point en litige. Les pompiers de Saint-Étienne-des-Grès souhaitent obtenir la parité avec leurs collègues de Saint-Boniface, la municipalité voisine. Les deux services interviennent d'ailleurs ensemble lors de plusieurs accidents où incendies. Si le taux est actuellement de 15,17 $ de l'heure lorsqu'on fait de la prévention, de la formation ou des inspections et de 18,84 $ en intervention, les pompiers souhaitent un taux unique à 18,50 $. 

Le maire de la municipalité, Robert Landry, affirme être ouvert à la négociation. Il rappelle toutefois qu'un arbitre a déjà refusé le taux horaire unique lors de la précédente négociation de la convention collective.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer