Site d'enfouissement: bataille juridique à l'horizon

Robert Landry a demandé aux quelque 120 citoyens... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Robert Landry a demandé aux quelque 120 citoyens présents mardi soir lors d'une rencontre citoyenne l'autorisation d'aller devant un juge pour demander une injonction. Et les citoyens lui ont accordé leur confiance par une salve d'applaudissements.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Étienne-des-Grès) Le maire de Saint-Étienne-des-Grès souhaite sortir l'artillerie lourde pour que la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie applique le règlement municipal et qu'elle cesse la modification des cellules du site d'enfouissement présent sur son territoire.

Le maire de Saint-Étienne-des-Grès, Robert Landry.... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Saint-Étienne-des-Grès, Robert Landry.

François Gervais, Le Nouvelliste

Robert Landry a demandé aux quelque 120 citoyens présents mardi soir lors d'une rencontre citoyenne l'autorisation d'aller devant un juge pour demander une injonction. Et les citoyens lui ont accordé leur confiance par une salve d'applaudissements.  

«Cette injonction, c'est de dire à la Régie d'arrêter d'enfouir illégalement. On ne veut pas fermer le site complètement», a affirmé en entrevue le maire après la rencontre. «La Régie est illégale. On ne peut pas accepter qu'elle fasse sa propre loi.»

Le Régie est illégale, soutient le maire, car le certificat d'autorisation nécessaire pour son projet de modification des cellules d'enfouissement n'a toujours pas été émis par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, alors que les travaux sont en cours. «Elle fait les travaux pour agrandir une cellule d'enfouissement en prétendant qu'elle va avoir son autorisation plus tard. Et elle fait fi de notre règlement municipal. Notre règlement peut être contestable, mais ça doit être devant la justice», a dénoncé le maire.    

Les avocats de la Municipalité seront donc mandatés de préparer une demande d'injonction pour que la Régie arrête ses travaux, le temps qu'elle obtienne les autorisations nécessaires et qu'elle respecte le règlement municipal. 

Rappelons que la Régie a un projet qui vise à modifier la forme des cellules du site d'enfouissement pour être en mesure d'enfouir plus de matières résiduelles. Ce projet permettrait d'éviter d'aménager de nouvelles cellules. La Municipalité de Saint-Étienne-des-Grès craint que cela engendre plus de bruit et d'odeurs. Celle-ci estime de plus que l'augmentation des déchets représente un risque. 

Lors de la rencontre, le maire de Saint-Étienne-des-Grès affirmait que «tous les coups sont permis» et que «le but premier de notre démarche est de défendre la qualité de vie de ses citoyens». 

Bien qu'il souhaite la fermeture du site d'enfouissement, «dans un monde idéal», dit-il, Guy Provost, un citoyen de Saint-Étienne-des-Grès, a dénoncé ce qu'il qualifie de pratiques illégales de la Régie. Il soutient que depuis la création du site d'enfouissement dans les années 70, la règle sur la hauteur des cellules d'enfouissement n'a jamais été respectée. 

Un résident a indiqué au maire Robert Landry qu'il était «trop gentil» dans ses démarches. Il a proposé d'organiser une grande marche pour dénoncer la situation. Par ailleurs, un autre citoyen a évoqué l'épisode des mauvaises odeurs créées par l'ancien site de compostage de Saint-Luc-de-Vincenne. Il rappelle que la situation s'est améliorée lorsque les citoyens ont décidé de dénoncer massivement. Le maire Landry partage son point de vue, mais affirme que la «balle de la mobilisation est dans le camp des citoyens.» De son côté, l'ancien maire de la municipalité, François Chénier, invite le maire Landry à «shaker» les autres élus membres de la Régie. Il a également dénoncé le manque de considération de l'organisme à l'égard de Robert Landry. 

Alors qu'une nouvelle mobilisation citoyenne semble prendre forme, le comité citoyen de vigilance de Saint-Étienne-des-Grès fait circuler une pétition pour demander à la Régie de respecter le règlement municipal. Déjà, plus de 750 signatures ont été recueillies. Les responsables de ce comité se disaient d'ailleurs très heureux de la forte présence populaire hier soir et souhaitent que cela entraîne la population à amplifier sa mobilisation. 

Devant la grogne populaire grandissante, l'opposition officielle à l'Assemblée nationale s'intéresse à la question du centre d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès. Le porte-parole officiel sur les questions environnementales, Mathieu Traversy, a déjà communiqué avec le maire Robert Landry à ce sujet. Le député souhaite de plus avoir un compte rendu de la rencontre citoyenne d'hier soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer