Le COC élargit l'enquête sur Marcel Aubut

Marcel Aubut s'est retiré temporairement de ses fonctions en... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Marcel Aubut s'est retiré temporairement de ses fonctions en raison du déclenchement d'une enquête interne au sein de l'organisme.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
La Presse Canadienne

L'enquête sur les allégations de harcèlement sexuel visant Marcel Aubut sera étendue à «toute plainte, formelle ou non», qui sera portée à l'attention du Comité olympique canadien.

Le Comité a diffusé un communiqué, hier, dans lequel il dit trouver «extrêmement troublantes» les nouvelles allégations de même nature visant son président qui ont fait surface dans les médias au cours des derniers jours.

L'organisme a donc décidé de mettre sur pied un deuxième mécanisme dont le travail sera dirigé par un tiers indépendant qui reste à identifier et qui procédera à un «examen détaillé» de toute plainte additionnelle.

Le Comité olympique encourage toute personne qui aurait des informations à cet effet à lui faire part de ses préoccupations et affirme qu'il est régi par des politiques claires en matière de harcèlement. Il s'engage à prendre toutes les mesures requises à la suite de ces enquêtes.

Le nouveau mécanisme d'enquête s'ajoute à celui mis sur pied sous l'égide de l'ancien juge en chef de la Cour supérieure du Québec François Rolland, qui se penche sur la seule plainte formelle déposée jusqu'ici dont l'auteur et la nature demeurent confidentiels.

Marcel Aubut s'est temporairement retiré de ses fonctions, mercredi, en attendant la conclusion de cette enquête.

Dans un communiqué qu'il a publié lui-même mercredi soir, M. Aubut décrit les allégations comme étant «une remarque qu'il aurait faite à une collègue». Il dit offrir son soutien «inconditionnel» aux enquêteurs. Ce communiqué ne visait toutefois que la première plaignante, les autres incidents n'ayant pas encore été rapportés au moment où il a été diffusé.

Depuis, d'autres femmes ont publiquement partagé des allégations contre le président du Comité olympique canadien et de la Fondation olympique canadienne.

Hier, le quotidien La Presse révélait que le Comité olympique canadien était au courant de certains comportements déplacés de son président depuis plusieurs années.

En 2011, le secrétaire général et chef de la direction du COC à l'époque, Jean R. Dupré, avait écrit une lettre à son président - dont La Presse a obtenu copie - dans laquelle il demandait à ce dernier de cesser une série de comportements spécifiques auprès des femmes et acceptait de ne pas porter plainte contre lui parce qu'il avait donné l'assurance que de tels comportements cesseraient sur le champ.

L'avocate montréalaise Amélia Salehabadi-Fouques a accordé plusieurs entrevues aux médias, jeudi, dans lesquelles elle a détaillé ses interactions avec M. Aubut.

L'avocate spécialisée dans le droit du sport et membre de l'Association canadienne de soccer depuis 2013, a dit avoir été victime de harcèlement de la part du président du COC à trois reprises dans les quatre dernières années.

Mme Salehabadi-Fouques a notamment soutenu que M. Aubut l'a embrassée de force et lui a fait des commentaires sexuels. Ses allégations n'ont pas été prouvées devant un tribunal.

Dans les entrevues accordées à des journaux et des stations de radio, Mme Salehabadi-Fouques raconte être entrée en contact avec Marcel Aubut il y a quatre ans, pour s'impliquer dans le COC.

Il lui aurait donné rendez-vous dans un chic restaurant de Montréal, mais à son arrivée, elle a été surprise de voir qu'il était assis au bar. En discutant, il est devenu clair pour elle qu'il était davantage intéressé par son physique que par son expérience professionnelle. Il lui aurait posé des questions de nature privée et aurait fait des commentaires personnels.

Plus tard dans la soirée, il l'aurait embrassée «avec la langue». Elle dit avoir pris un taxi seule pour rentrer chez elle. Dans diverses entrevues, elle se remémore aussi un incident survenu l'an dernier, à Québec.

Encore l'an dernier, lors d'un match de la Coupe du monde de soccer féminin U-20, devant son fils de 15 ans, il l'aurait interpellée dans un couloir et lui aurait demandé: «Quand est-ce qu'on couche ensemble?»

En entrevue au 98,5 FM, l'avocate a affirmé ne pas savoir si elle porterait plainte formellement.

Plus tard jeudi, TVA a diffusé une entrevue avec une femme soutenant avoir été victime de plusieurs gestes de M. Aubut en 2011, lorsqu'elle travaillait dans un bureau d'avocats de Montréal.

La femme n'a pas été identifiée, mais TVA a indiqué qu'elle était une de ses anciennes adjointes exécutives.

Selon ce qu'elle raconte au réseau d'information, Marcel Aubut mettait ses mains autour de sa taille, et elles étaient un peu plus basses chaque nouvelle fois. Elle a également soutenu qu'il plaçait ses mains sur ses épaules et touchait sa poitrine. Elle l'aurait également vu en caleçons à une occasion, lorsqu'il l'a appelée dans sa salle de conférence.

Après ces incidents, a-t-elle raconté, elle a dû quitter pour des raisons de santé. Selon TVA, elle n'a pas porté plainte car le cabinet lui a proposé une entente lui donnant l'équivalent de 10 000 $ contre son renoncement à tout recours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer