Festival de la galette de sarrasin: sécurité renforcée à Louiseville

L'organisation du Festival de la galette de sarrasin... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

L'organisation du Festival de la galette de sarrasin de Louiseville sera davantage aux aguets pour assurer la sécurité des visiteurs.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Les bénévoles et les pompiers qui assurent la sécurité lors du Festival de la galette de sarrasin de Louiseville augmenteront leur niveau de vigilance cette année afin d'éviter les situations de violence répertoriées au Festival western de Saint-Tite il y a quelques jours.

La médiatisation de trois cas de violence au festival du secteur de Mékinac a eu des échos jusqu'au sein de l'organisation du festival louisevillois. Yvon Picotte, qui assume la présidence du 37e festival, confirme avoir passé le message à la trentaine de bénévoles ayant la tâche de veiller à ce que tout se passe bien.

«On n'a pas de certitude que ce qui est arrivé à Saint-Tite n'arrivera pas chez nous. Mais on a sensibilisé tout le monde pour être aux aguets. S'ils entendent des choses et qu'on peut prévenir, on contacte la Sûreté du Québec. Parce que, quand ces choses-là arrivent, ce n'est pas une bonne publicité pour une organisation et on n'est pas intéressé par ça», confie M. Picotte.

Le festival n'a pas augmenté le nombre de ses bénévoles affectés à la sécurité. D'autre part, la Ville de Louiseville réfléchit à la possibilité de mettre davantage de pompiers en service lors du festival.

Avec ses quelque 30 pompiers, le service d'incendie bâtit un horaire de travail qui prévoit la présence d'une dizaine de pompiers de jour et de soir. De minuit à 6 h, deux pompiers sont appelés à circuler dans les rues de la ville, notamment dans les lieux où sont stationnés des centaines de motorisés. S'ils constatent quoi que ce quoi de louche ou s'ils sont témoins d'une bagarre ou d'une agression, ils contactent aussitôt la Sûreté du Québec.

«J'ai demandé qu'on fasse plus attention, affirme le maire, Yvon Deshaies. Nos pompiers font déjà de la surveillance. Ils patrouillent à pied, en camion, ils vont dans les parcs, derrière les écoles, mais on leur demande d'avoir l'oeil un peu plus ouvert cette année. On va mettre plus d'attention là-dessus. Avec ce qui est arrivé à Saint-Tite, on ne veut pas vivre ce genre de violence extrême.»

M. Deshaies ne veut nullement jeter la pierre à l'organisation du Festival western de Saint-Tite, bien conscient du défi de surveiller des foules de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

«D'habitude, on n'a pas de gros incidents au festival de la galette. Ce qui est arrivé à Saint-Tite, on n'aime pas ça, ces affaires-là.»

Saint-Tite et Louiseville partagent un point en commun, celui d'être entre autres un événement où les festivaliers peuvent se promener sur la place publique avec un verre d'alcool à la main. Ce comportement, interdit par la loi, est toléré durant un festival jusqu'à ce que quelqu'un exagère.

«Les gens peuvent se promener avec une bouteille de bière dans la rue et ils se disent que c'est la liberté totale, raconte Yvon Picotte. Mais il faudrait que chacun respecte celui qui est à côté de lui. Si une personne fait du trouble, on intervient.»

Cette liberté inciterait d'ailleurs des groupes d'individus à s'affronter sur la place publique. Des rumeurs ont circulé au cours des six dernières éditions selon lesquelles une bagarre était prévue entre des gangs de jeunes de municipalités différentes. Les rumeurs se sont concrétisées à deux reprises. L'organisation souhaite que le festival, qui commence demain, soit exempté de toute bagarre annoncée et fera tout en son pouvoir pour régler la situation si elle survient.

La SQ indique que le poste de la MRC de Maskinongé a fait une planification en fonction des activités et de l'affluence du festival. Les effectifs nécessaires seront en place, assure la police provinciale, qui ne révèle jamais combien d'agents sont affectés à ce genre d'événement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer