Jean-Denis Girard répond aux propos du député Martel

Le ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard,... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard, a profité d'une annonce relative au Fonds de 200 millions de dollars à Bécancour pour dire qu'il avait assumé son leadership du défenseur des régions.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) «Il y a quelqu'un à Québec qui fait la job. La Mauricie est très bien défendue et je suis très fier.»

Voilà comment le ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard, a réagi aux propos du député caquiste de Nicolet - Bécancour, Donald Martel, qui l'accusait de manquer d'influence à Québec. «Julie (Boulet) n'a pas été remplacée au Conseil des ministres. Efficace, elle exerçait son leadership dans son ministère. La voix de la Mauricie au Conseil des ministres, ça s'est perdu. Celui qui était prêt à être candidat de la CAQ une semaine avant l'élection est un peu décevant. Ça n'équivaut pas à Julie», avait déclaré M. Martel, alors fraîchement nommé responsable de la Mauricie pour la CAQ.

Or, lundi, le ministre Girard a profité d'une annonce relative au Fonds de 200 millions de dollars à Bécancour pour dire qu'il avait assumé son leadership du défenseur des régions.

«J'ai attiré l'attention sur la Mauricie, on a vécu des difficultés particulières, on s'est mobilisé, je n'ai pas lâché le morceau, à ma demande, le premier ministre et les ministres sont venus en région. Je suis très fier qu'ils aient répondu à l'appel. Ils me trouvent un petit peu fatigant à Québec. On fait même des jaloux à travers le Québec», a-t-il lancé, évoquant le passage de Philippe Couillard pour les projets de Stolt LNGaz, CGI et Kruger.

Selon M. Girard, «quand Bécancour réussit un projet, Trois-Rivières doit s'en réjouir et quand Trois-Rivières réussit un projet, Bécancour doit s'en réjouir». «Le leadership est là. On n'a qu'à voir les résultats. Je suis quelqu'un de résultat. Et ma porte est toujours ouverte si le député de la place veut discuter de projets», a-t-il soutenu.

Retenu à l'extérieur, Donald Martel rapporte qu'il avait déjà fait part d'un projet au ministre Girard, mais que ce dernier n'avait pas accepté de rencontrer le promoteur. «Et j'ai assez de crédibilité pour faire affaire directement avec les gens du ministère», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer