Radio-Canada: un double défi en Mauricie

Le service public ICI Radio-Canada Mauricie - Centre-du-Québec a aussi connu de... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le service public ICI Radio-Canada Mauricie - Centre-du-Québec a aussi connu de douloureux passages au cours des quatre dernières années. Dans ce cas cependant, les secousses que vivent les médias en général expliquent au moins autant ces remises en question que la philosophie du gouvernement.

Depuis 2011, sept postes ont été abolis à la station régionale basée à Trois-Rivières. Nancy Sabourin, chef des services français d'ICI Radio-Canada Mauricie - Centre-du-Québec, précise toutefois qu'un demi-poste à temps plein a également été créé pour l'alimentation du site web.

La station embauche toujours une soixantaine de professionnels. Mais Isabelle Montpetit, présidente du Syndicat des communications de Radio-Canada (CSN), souligne que le virage numérique indispose bien des membres.

«Ce n'est pas clair du tout comment ils vont faire ça, comment ils vont déployer du monde sur le terrain», déplore-t-elle. «C'est bien beau alimenter des pages web, mais il faut aussi faire la cueillette d'information. C'est assez désorganisé, dans le moment.»

Mme Montpetit fait remarquer que certaines régions, comme la Mauricie, ne peuvent même pas garantir un accès web de qualité à toute la population.

«Les gens n'ont pas non plus nécessairement les connaissances pour adapter leur façon de faire du reportage au web. C'est assez improvisé.»

Mme Sabourin ne veut pas élaborer sur la stratégie numérique pour le moment, mais elle doute qu'elle entraîne de nouvelles mises à pied.

«Nous nous dirigeons vers un maintien des effectifs», avance-t-elle, tout en reconnaissant que certaines tâches étaient appelées à changer.

Le bulletin de nouvelles régionales à ICI Radio-Canada vient de passer d'une heure à trente minutes du lundi au jeudi. L'an dernier, l'équipe locale d'Espace Musique a été éliminée. En mai 2014, les employés s'étaient mobilisés pour alerter le public au sujet de l'avenir de la station régionale.

Mme Montpetit serait étonnée que les coupes appartiennent maintenant au passé.

«Nous sommes sur le plan quinquennal 2015-2020, Un espace pour nous tous, qui prévoit 1500 emplois coupés à l'échelle canadienne. Il en reste 750 et on entend des rumeurs.»

«On s'attend à ce que la direction réorganise le travail, qu'elle change les descriptions de tâches, qu'on soit obligé d'être plus polyvalents», énumère la porte-parole syndicale. «On ne sait pas comment ils vont faire ça, mais ça va augmenter la charge de travail. Quand on augmente la charge de travail, la qualité en souffre.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer