Programmes d'infrastructures: Perron veut plus d'argent

Yves Perron souhaite un réinvestissement du gouvernement fédéral... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Perron souhaite un réinvestissement du gouvernement fédéral dans les infrastructures municipales.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Yamachiche) Yves Perron croit non seulement que le gouvernement fédéral doit mieux soutenir les municipalités dans leurs projets d'aménagement ou de rénovation d'infrastructures, mais il prône également l'élimination pure et simple des conditions d'admissibilité à ces programmes.

Le candidat du Bloc québécois dans la circonscription de Berthier-Maskinongé a fait part jeudi de la position de son parti politique à propos de cette politique. Selon M. Perron, le gouvernement fédéral doit en faire plus.

«Il y a un sous-financement. Le fédéral investit très peu. Cela représente 10 % des coûts totaux, alors que les municipalités absorbent 76 %. C'est beaucoup trop pour des petites municipalités qui n'ont pas la capacité de taxation.»

L'équipe du candidat du Bloc québécois dans Berthier-Maskinongé fait entre autres état d'un problème vécu à Saint-Félix-de-Valois, où l'usine de filtration de l'eau commence à afficher le poids des années pour alimenter une population croissante. Le pavillon d'accueil des Chutes de Sainte-Ursule a aussi besoin de rénovation. Les deux projets ne correspondent pas aux critères des programmes d'infrastructures du fédéral, affirme le Bloc québécois.

«Les programmes en place ont beaucoup trop de restrictions et empiètent dans les champs de compétence du Québec. Ça ne doit pas venir d'en haut, mais de la base: les municipalité savent quels projets doivent être mis en priorité.»

Le Bloc québécois demande la mise en place d'un programme d'infrastructures garni d'un coffre de 10 milliards de dollars disponible annuellement sur une période de quatre ans. La contribution fédérale devrait passer de 10 % à 50 %, question de soulager financièrement les administrations municipales.

Pour y parvenir, le Bloc québécois propose la création de la Société de financement des infrastructures gouvernementales. Cette société deviendrait un nouvel outil de financement. Le gouvernement fédéral garantirait les emprunts de la société et assumerait les coûts de financement. De cette façon, le Bloc souligne que les transferts fédéraux en infrastructures pourraient tripler sans faire exploser le déficit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer