Nouvel outil pour aider les immigrants

Amélie Dubuc, directrice générale de la CDC de... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Amélie Dubuc, directrice générale de la CDC de Trois-Rivières et Ivan Suaza, directeur du SANA.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Le moment ne pouvait être mieux choisi. Alors que Trois-Rivières sera l'une des 13 villes de destination du Québec pour les réfugiés syriens, la Corporation de développement communautaire de Trois-Rivières, en lien avec ses 80 organismes membres, vient de mettre en ligne un tout nouvel outil pour faciliter l'intégration des nouveaux arrivants.

Cet outil était en préparation depuis 2013. Il est né d'une concertation de plusieurs organismes qui travaillent avec les nouveaux arrivants.

Il comporte d'abord un portrait global des activités et des services offerts aux immigrants dans le milieu communautaire trifluvien. Il contient aussi un document de référence qui permettra aux nouveaux immigrants de trouver des réponses à leurs besoins.

Le directeur du Service d'accueil des nouveaux arrivants (SANA), Ivan Suaza, indique qu'on est prêt à recevoir les réfugiés syriens même si l'on ignore toujours combien seront invités à adopter la Ville de Trois-Rivières pour y recommencer leur vie.

Un guide d'accompagnement des nouveaux arrivants avait été lancé, il y a quelques mois, mais le nouvel outil de référence mis en ligne hier «parle des ressources qui font des choses pour les personnes immigrantes», explique M. Suaza.

L'outil de 80 pages représente une «concertation du milieu communautaire pour donner de bons services aux gens qui arrivent», résume-t-il. «On est dans la bonne voie. Il y a un esprit de service qui s'est développé ici», dit-il.

Ivan Suaza indique que des citoyens canadiens de la région ont récemment appelé au SANA pour savoir comment parrainer des réfugiés syriens. «On est en train de demander toute la documentation aux gouvernements fédéral et provincial pour savoir comment se fait un parrainage politique», dit-il.

Le nouvel outil de la CDC de Trois-Rivières est en français. Ivan Suaza est conscient que la première année, dans certains cas, il faudra des interprètes puisque les nouveaux arrivants seront en processus de francisation.

Ce n'est pas la première fois que la région reçoit des réfugiés. Il y a eu des personnes de «Colombie, de Yougoslavie, des Centrafricains et des Irakiens», rappelle Ivan Suaza.

«Il y a déjà eu des familles syriennes qui sont venues ici et elles commencent à s'adapter, dit-il. C'est qu'en plus de la différence culturelle, il y a la différence de la langue», fait-il valoir. «Mais au bout du compte, ce sont des humains comme nous tous avec les mêmes besoins», plaide-t-il.

Notons que de 2008 à 2012, 1467 immigrants de divers pays ont intégré la ville de Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer