Lise St-Denis nuira-t-elle aux libéraux ou aux néodémocrates?

Lise St-Denis... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Lise St-Denis

Photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Rarement une députée sortante aura-t-elle été embarrée à double tour comme c'est le cas actuellement pour Lise St-Denis dans Saint-Maurice-Champlain.

Chez les libéraux, depuis deux ans, François-Philippe Champagne prend toute la place, conscient que le passage de la transfuge montréalaise n'a pas laissé une très bonne impression dans la région. Disons que l'avocat de formation ne s'en sert pas vraiment comme tremplin pour mousser sa campagne.

Du côté des néodémocrates, on préfère se réjouir de la défection de Mme St-Denis plutôt que de se pencher sur les effets de cette décision chez les électeurs. Car il faut rappeler qu'en 2011, l'inconnue avait facilement enlevé le comté avec 39 % des votes sous la bannière du NPD, dix points devant le député sortant, Jean-Yves Laforest. Ses partisans, ou plutôt ceux de Jack Layton, avaient plutôt mal pris sa décision de se joindre aux libéraux.

Robert Aubin et Ruth Ellen Brosseau, des figures très populaires du NPD, n'ont donc pas raté l'occasion de se présenter dans le comté de Saint-Maurice-Champlain au cours des derniers mois pour redorer la marque. Lundi matin, le député sortant de Trois-Rivières accompagnait Jean-Yves Tremblay pour parler de l'avenir du Centre de données fiscales à Shawinigan. Au début de l'année, M. Aubin et Mme Brosseau étaient venus appuyer les employés du service de paye de Santé Canada dans le dossier du transfert du bureau à Miramichi.

Robert Aubin ne croit pas que les électeurs qui avaient donné une chance au NPD dans Saint-Maurice-Champlain en 2011 fassent payer le parti quatre ans plus tard en raison de la défection de la députée qu'ils avaient démocratiquement élue. En fait, il opine plutôt que Mme St-Denis aurait bien davantage nui au parti si elle était demeurée au NPD.

«Si elle avait travaillé comme elle a travaillé en portant les couleurs néodémocrates, je pense que les gens auraient gardé un mauvais souvenir», confie-t-il. «À toutes les fois que je viens dans la circonscription de Saint-Maurice-Champlain, j'entends sur le terrain à quel point les gens ont encore une colère au coeur parce que le parti pour lequel ils avaient voté, la vision de développement pour laquelle ils avaient voté, on leur a enlevé! C'est comme si on leur avait enlevé leur droit de vote!»

«Ce qui est écrit sur mon chèque de paye, c'est Chambre des communes», poursuit M. Aubin. «Mais ce qui me permet de faire le travail, ce sont les électeurs qui ont voté néodémocrate. Le vote d'un électeur, c'est sacré et on ne devrait pas pouvoir changer en cours de mandat.»

D'où, justement, le questionnement concernant les impacts de cette décision. Mais jusqu'ici, M. Tremblay ne sent pas de méfiance des électeurs sur ce plan. Il reconnaît toutefois que certains abordent l'épisode de la vire-capot.

«Qu'a-t-elle livré à la circonscription?», questionne-t-il. «Donnez-moi les détails du travail qu'elle a fait pour les libéraux. Je suis capable de faire l'ouvrage beaucoup mieux qu'elle.»

Jean-Yves Tremblay s'engage à demeurer fidèle au NPD si les électeurs le choisissent le 19 octobre.

«C'est sûr! Si j'ai mis mon nom là, c'est parce que je crois aux valeurs du NPD et à l'organisation.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer