Conseiller candidat aux élections: Tremblay remettra son salaire... à la Ville!

Pour éviter toute ambiguïté sur ses intentions, le... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Pour éviter toute ambiguïté sur ses intentions, le candidat néodémocrate  Jean-Yves Tremblay a décidé tout simplement de remettre son salaire de la campagne électorale, un montant brut de 5500 $, à la Ville de Shawinigan.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Jean-Yves Tremblay a fait son choix. Tel que convenu à la fin août, le candidat néodémocrate dans Saint-Maurice - Champlain remettra son salaire de conseiller à une organisation pour la durée de la campagne électorale. Et cette organisation sera... la Ville de Shawinigan!

Le conseiller du district des Hêtres a décidé de se retirer de ses fonctions à l'hôtel de ville à la suite de sa victoire à l'investiture néodémocrate. Lors de la séance publique du conseil municipal en août, un citoyen s'était questionné à voix haute sur la pertinence, pour un élu en fonction qui aspire à un palier supérieur, de prendre un congé sans solde. 

La Loi sur le traitement des élus municipaux ne permet pas cette avenue. Pierre Giguère, ex-conseiller du district Val-Mauricie, avait décidé de verser son traitement à la Fondation du Centre de santé et des services sociaux de l'Énergie lorsqu'il s'était présenté pour la Coalition Avenir Québec en 2012. Il s'était également retiré de la table pendant la campagne électorale.

M. Tremblay a rapidement fait savoir qu'il suivrait ce modèle. Il lui restait à déterminer à qui verserait-il son salaire et son choix s'est arrêté sur la Ville

de Shawinigan.

«À la dernière assemblée publique, M. (Robert) Beaudoin est venu me piquer un peu», rappelle-t-il. «Il laisse sous-entendre que je vais me servir de ce salaire pour ma campagne électorale, pour le remettre à des organismes, comme des bonbons. Au début, j'avais dit que je le remettrais à une organisation communautaire. Mais j'ai changé mon fusil d'épaule. Je lui aurais donné l'occasion de dire que j'achetais les votes d'une organisation, que de bons amis voteraient pour moi...»

Ainsi, pour éviter toute ambiguïté sur ses intentions, M. Tremblay décide simplement de remettre son salaire de la campagne électorale, un montant brut de 5500 $, à la Ville de Shawinigan.

«Au dernier budget, le conseil a décidé de faire des coupures aux organismes communautaires», rappelle-t-il. «Je faisais partie de ces décisions. Parfois, c'était juste un petit 100 $, mais le besoin est réel quand même. Sauf qu'il fallait couper pour entrer dans notre budget.»

«Je remets donc la responsabilité à l'ensemble du conseil», ajoute-t-il. «Ils pourront redistribuer ce salaire à un seul ou à 50 organismes. Mais je ne me ferai pas planter par des gens qui diront que j'ai acheté une organisation. Le montant ne sera donné qu'à la fin de la campagne électorale. Si je ne suis pas élu, je ne participerai pas à la discussion sur la distribution de cet argent. Je vais me retirer pour être blanc comme neige et j'accepterai intégralement la décision.»

M. Tremblay reconnaît candidement être revenu à l'hôtel de ville une seule fois depuis sa désignation comme candidat néodémocrate. Le 3 septembre, il a présidé une réunion de deux heures pour le transport adapté, afin de ne pas nuire au service.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer