La TROC ne lâche pas le morceau

La Table régionale des organismes communautaires de la... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Table régionale des organismes communautaires de la Mauricie et du Centre-du-Québec a manifesté lundi midi devant le bureau du ministre régional Jean-Denis Girard, un lieu que le regroupement retrouvera dans une semaine pour une autre manifestation.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Table régionale des organismes communautaires du Centre-du-Québec et de la Mauricie maintient la pression sur le gouvernement Couillard. La TROC a tenu lundi midi une manifestation devant le bureau du député-ministre Jean-Denis Girard pour, une fois de plus, réclamer un meilleur soutien du gouvernement québécois dans le financement des groupes communautaires en santé et en services sociaux.

En lançant au printemps dernier une campagne de manifestation visant à dénoncer le manque de financement public versé à ces organismes communautaires, la TROC avait affirmé être déterminée à talonner le gouvernement. Quatre mois plus tard, elle réunissait une quarantaine de personnes pour cette troisième manifestation.

«Sans l'apport du communautaire, le réseau public (de santé et de services sociaux) serait encore plus débordé», a déclaré le coordonnateur de la TROC, Renaud Beaudry, en mentionnant que 100 000 personnes fréquentent, au moins une fois l'an, un des 217 groupes communautaires de la région.

M. Beaudry a répété ce que dénonce la TROC depuis des mois. L'annulation par le gouvernement actuel d'un engagement du dernier gouvernement péquiste de verser 120 millions de dollars sur trois ans pour les 3000 organismes communautaires en santé et en services sociaux déplaît fortement.

«Les dirigeants du système, les députés et les ministres reconnaissent que les groupes communautaires sont importants, mais continuent la politique de la tape dans le dos et ne nous reconnaissent pas à notre pleine valeur», ajoute M. Beaudry.

Plusieurs manifestants étaient des bénévoles et des bénéficiaires d'organismes communautaires oeuvrant en périnatalité, en orientation sexuelle et identité sexuelle et en aide et en lutte contre les agressions à caractère sexuel. Les compressions budgétaires des dernières années font craindre le pire à Richard Senneville, le président du conseil d'administration du Groupe régional d'intervention sociale, un organisme qui favorise une meilleure connaissance des réalités bisexuelles et homosexuelles et facilite l'intégration de ces gens.

«On lutte contre l'intimidation à l'égard des homosexuels. Avec une subvention qui provenait du bureau de la lutte contre l'homophobie, nous avons rencontré environ 6000 personnes durant l'année 2013-2013. Le bureau a eu une coupe de subvention. En 2014-2015, on n'a rencontré que 3000 personnes, des jeunes rencontrés dans les écoles, les maisons de jeunes, les centres jeunesse. Cela peut créer une hausse du taux de suicide chez des jeunes à la recherche d'aide et de soutien», s'inquiète-t-il.

La manifestation de la TROC s'est tenue volontairement devant le bureau du ministre Girard. On souhaite que le ministre régional profite de son siège au Conseil des ministres pour convaincre ses collègues Gaétan Barrette et Lucie Charlebois d'en arriver à un financement bonifié. Selon la TROC, aucune discussion n'a pu avoir lieu hier avec Jean-Denis Girard.

La TROC reprendra le sentier de la manifestation dans une semaine, toujours devant le bureau du ministre Girard, cette fois avec des représentants des centres d'action bénévole.

La TROC prévoit tenir une journée de grève le 2 ou le 3 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer